La Chine a lancé un nouveau satellite pour analyser nos océans

La Chine a lancé le satellite Haiyang 1D (HY-1D) pour surveiller le grand bleu. L’instrument est doté d’une résolution spatiale de cinquante mètres qui permettra de revisiter fréquemment certains endroits. L’objectif principal serait de contrôler les navires chinois et de gérer les pêcheries.

En outre, les scientifiques pourront effectuer une meilleure observation des océans tout en gardant un œil sur le climat de la planète.

Crédits Pixabay

Haiyang, qui signifie “océan”, a été projeté dans l’espace avec succès depuis la base de lancement de Jiuquan, en Chine, dans la province du Shanxi. L’opération a eu lieu le jeudi 11 juin à 2 h 31 minutes du matin, heure de Pékin. L’engin a été mis en orbite à bord d’une fusée Longue Marche 2C.

Le lancement a été mené par la société Aerospace Dongfanghong Satellite Co. affiliée à la Cinquième Académie de la Corporation des sciences et technologies aérospatiales de Chine. Cette mission était le 334e lancement de fusée de ce type.

Haiyang dispose de deux radars embarqués

« Avec le HY-1C, lancé en 2018, cet appareil formera la première constellation de satellites chinois pour le service maritime. Il doublera les données d’observation des océans », a déclaré Xinhua, le porte-parole de la CNSA (China National Space Administration).

Le satellite d’environ 650 kg est situé en orbite autour de la Terre, à une distance de 520 km. Il a une durée de vie de trois ans. L’appareil dispose de deux radars embarqués, dont le SWIM français, qui mesure la direction et la longueur d’onde des vagues, et le SCAT chinois, qui analyse la force et la direction des vents.

« La constellation de satellites devrait améliorer les capacités de la Chine sur l’observation des océans, des ressources côtières et de l’environnement. Elle va accroître le soutien à la météorologie, à l’agriculture, à la conservation de l’eau et aux transports », a ajouté Xinhua.

À lire aussi : La Chine envisage de construire une centrale solaire dans l’espace

Un dédoublement de l’efficacité d’observation ?

L’instrument examinera les vents et les vagues à la surface de la mer. Ainsi, les climatologues pourront mieux comprendre les interactions entre les océans et l’atmosphère et avoir de meilleures précisions sur des phénomènes comme les fortes tempêtes ou les cyclones. Les données obtenues devraient permettre d’améliorer les prévisions météorologiques marines et aider à prédire les effets du changement climatique.

D’après Bai Zhaoguang, directeur de la commission des sciences et technologies de la société China Spacesat Co. Ltd., l’efficacité de l’observation sera doublée.

La Chine a investi des milliards d’euros dans le secteur d’observation spatiale. Actuellement, elle est en train de construire une station spatiale habitée afin d’envoyer des humains sur la Lune, vers 2022.

À lire aussi : La Chine a envoyé un satellite mystérieux dans l’espace

Mots-clés espaceocéanologie