La Chine a prévu de construire une base lunaire dans cette prochaine décennie

En janvier 2019, lors d’une conférence de presse, l’agence spatiale chinoise China National Space Administration (CNSA) a annoncé que la Chine envisageait de construire une base lunaire internationale grâce à l’impression en 3D.

Même si les informations concernant ce projet sont encore filtrées au compte-goutte, on a appris récemment grâce à l’agence de presse Xinhua que cette base lunaire serait construite dans les dix prochaines années.

JAXA Lune

Crédits Pixabay

D’après le planning de la CNSA, les premières parties de cette nouvelle base lunaire, qui devraient être construites grâce à la technologie d’impression en 3D, seront envoyées en orbite grâce à la nouvelle fusée Long Marche-5B durant le premier semestre de l’année 2020.

Une mission qui n’aura rien à voir avec l’ISS

La CNSA a confié à Xinhua que la mission de la fusée Long Marche-5B « ne sera pas associée à la Station Spatiale Internationale (ISS). » Qui plus est, l’ISS touche presque à la fin de sa durée de vie opérationnelle.

Avant l’envoie des premières parties de la nouvelle base lunaire, Zhang Kejian, le Directeur de la CNSA, a indiqué que l’agence spatiale chinoise allait d’abord se concentrer sur le lancement de l’atterrisseur lunaire, Chang’e-5, qui devra essayer d’atteindre la Lune et revenir sur Terre avec des échantillons durant cette année 2019.

Chang’e-5, une mission robotique cruciale pour la construction de la base lunaire

Pour le moment, la CNSA se focalise sur l’envoie de missions robotiques qui sont indispensables pour préparer la construction de sa base lunaire. Chang’e-5, dont le lancement été prévu pour 2017, devra rapporter sur Terre des échantillons lunaires qui seront utilisés pour étudier toutes les techniques possibles qui seraient les plus adaptées à la construction d’habitats sur la Lune.

Ce sera ensuite au tour de Chang’e-6 de rassembler des échantillons dans le pôle sud de la Lune et de les ramener pour être étudié sur Terre. Après cela, la CNSA enverra la mission Chang’e-7 qui devra, quant à elle, effectuer « une exploration complète du pôle sud de la Lune » et récolter des informations sur sa composition, sa topographie et son environnement spatial.

Toutes ces étapes sont indispensables et permettront à la fin de réunir les informations nécessaires à la construction de la future base lunaire de la CNSA.

Mots-clés chinelune