La Chine ne veut plus des cryptomonnaies

La Chine a pris des mesures radicales à l’encontre des cryptomonnaies. Le 18 mai 2021, le gouvernement chinois a annoncé l’interdiction de leur utilisation au sein des institutions financières et des sociétés de paiement du pays. Désormais, il ne sera donc plus possible d’effectuer des paiements ou de faire des épargnes avec des cryptomonnaies.

Les fédérations bancaires chinoises soutiennent cette décision. Pour elles, « les cryptomonnaies ne sont pas de vraies devises. » La Chine a jugé nécessaire d’appliquer ces mesures pour préserver l’ordre financier et économique au sein du pays. C’est notamment ce que met en lumière un communiqué publié par les fédérations bancaires chinoises.

Photo de Benjamin Nela – Pixabay.com

« Récemment, les prix des cryptomonnaies ont explosé puis chuté, et le trading spéculatif des cryptomonnaies a rebondi, menaçant sérieusement la sécurité de la propriété des personnes et perturbant l’ordre financier et économique normal », lit-on.

La détention de cryptomonnaies n’est pas interdite

Ces nouvelles mesures ne s’appliquent qu’aux institutions financières, aux banques et aux sociétés de paiements. Les particuliers, quant à eux, ont encore le droit de détenir des cryptomonnaies. Qui plus est, le minage de monnaies virtuelles est toujours autorisé.

Ce n’est pas la première fois que la Chine tente de bannir les cryptomonnaies de son territoire. En 2017, elle a fermé les bourses locales de cryptomonnaies. Le gouvernement chinois a ainsi supprimé un marché spéculatif qui représentait 90% du commerce mondial du bitcoin. En 2019, la People’s Bank of China a annoncé qu’elle allait bloquer l’accès aux plateformes d’échanges de cryptomonnaies chinoises et étrangères.

Les effets se font déjà ressentir

Comme on pouvait s’y attendre, la décision de la Chine a eu un impact sur le cours des cryptomonnaies. La valeur du bitcoin a en effet connu une chute de 40%. La monnaie virtuelle est ainsi passée de 60 000 $ à 40 000 $ en l’espace de quelques jours.

Pour les fédérations bancaires chinoises, il s’agit d’un mal pour un bien. Selon eux, l’application de ces mesures devrait en effet permettre de protéger l’ordre économique mondial. D’autre part, la Chine continue de préparer le lancement de sa propre monnaie virtuelle. La mise en circulation de cette monnaie devrait se faire à l’horizon 2022.

À travers cette initiative, le gouvernement souhaite remplacer les pièces et les billets par le paiement électronique sur smartphone.