La Chine opte pour l’éthanol afin de diminuer la pollution des voitures

Les transports routiers engendrent beaucoup d’impacts environnementaux négatifs. La pollution venant des voitures est massive et participe considérablement à la destruction de l’écosystème terrestre. La Chine prend cette menace avec le plus grand sérieux et dans sa lutte antipollution, le gouvernement chinois prévoit d’élargir l’utilisation du bioéthanol sur tout le pays.

Comme c’est le premier marché automobile mondial, l’Empire du Milieu prend l’initiative de limiter la pollution afin de ne pas devenir le premier responsable de la destruction de l’environnement. L’usage de l’éthanol est une solution facile pour dériver les surplus de production de maïs à travers le pays.

Pollution Chine

Il est vrai que l’usage du bioéthanol peut réduire la pollution engendrée par les voitures, mais cette solution est-elle vraiment suffisante à long terme ?

Le bioéthanol pour vider les stocks de maïs

Le bioéthanol ou agro éthanol est un carburant bio pouvant être utilisé dans les moteurs à essence. C’est un mélange d’éthanol et d’essence traditionnelle. Il peut être fabriqué à partir de matières organiques contenant du saccharose telles que la betterave et la canne à sucre. Il peut également être fabriqué avec du maïs.

Chaque année, la Chine produit un énorme surplus de stock en maïs. Afin de maintenir les cours, une partie des surproductions du pays est rachetée par des organes étatiques, mais les surplus sont quand même évalués à deux cents millions de tonnes. La production du bioéthanol pour alimenter les voitures est donc une bonne alternative à ce problème.

Une alternative bio encore peu exploitée en Chine

Les États-Unis et le Brésil sont les premiers producteurs mondiaux de bioéthanol. La Chine se trouve en troisième position. La consommation en bioéthanol du pays s’élève actuellement à 2.6 millions de tonnes chaque année. Le gouvernement compte bien augmenter ce chiffre pour les prochaines années à venir.

Le pays prévoit donc d’augmenter sa production de bioéthanol à quatre millions de tonnes chaque année à partir de l’année 2020. Ainsi, les émissions de gaz à effet de serre seront largement réduites et les surplus en stock de maïs seront en même temps utilisés à bon escient.

Pour l’instant, le maïs est le seul produit que Pékin prévoit pour la fabrication de biocarburants, mais d’autres produits sont également prévus à long terme.

Mots-clés chineécologie