La Chine serait sur le point d’allumer son soleil artificiel

En mars de cette année, des chercheurs chinois ont prédit que l’appareil tokamak HL-2M du pays serait construit d’ici la fin de 2019. Il s’agit d’un appareil conçu pour reproduire une fusion nucléaire, la même réaction qui fait fonctionner le soleil.

Jusqu’ici, on n’avait reçu aucune information concernant l’avancement des travaux. Cependant, en novembre, Duan Xuru, un des scientifiques travaillant sur le « soleil artificiel », a fourni quelques mises à jour sur le sujet. Selon lui, la construction se déroule bien et l’appareil devrait être opérationnel en 2020.

Crédits Pixabay

D’après les experts, cette réalisation de la Chine pourrait enfin faire de la fusion nucléaire une option énergétique viable sur Terre.

Le Saint Graal de l’énergie

Depuis des décennies, la fusion nucléaire est considérée comme le Saint Graal pour les chercheurs travaillant dans l’énergie. En effet, si les scientifiques réussissent à maîtriser l’énergie produite par ce phénomène physique, cela pourrait devenir une source d’énergie propre illimitée.

Le problème pour pouvoir atteindre cet objectif est de trouver un moyen assez rentable financièrement pour maintenir le plasma à très haute température confiné et stable, et ceci pendant assez longtemps pour que la réaction de fusion puisse avoir lieu.

La Chine sur la bonne voie ?

L’appareil tokamak HL-2M de la Chine pourrait être la solution à ce problème, ou au moins fournira des indices sur comment trouver la solution. Selon les explications de James Harrison, spécialiste de la fusion nucléaire ne travaillant pas sur le projet chinois, l’HL-2M fournira des données précieuses sur la compatibilité des plasmas de fusion à haute performance avec des approches pour gérer plus efficacement la chaleur et les particules évacuées du cœur de l’appareil.

Il a aussi ajouté que c’est l’un des plus grands problèmes auxquels est confronté le développement d’un réacteur à fusion commercial. Les résultats obtenus avec l’HL-2M, en tant que membre de la communauté internationale de recherche sur la fusion, auront ainsi une influence sur le développement des futurs réacteurs.

En tout cas, une source d’énergie propre illimitée serait effectivement la solution pour lutter contre l’émission de gaz à effet de serre qui provoque actuellement un bouleversement au niveau du climat mondial. Attendons ainsi de voir les résultats de ce projet de la Chine pour avoir une idée du chemin qu’il restera encore à faire avant de pouvoir commencer à réellement exploiter l’énergie de la fusion nucléaire.

Mots-clés énergie