La Chine travaille sur un réacteur similaire à un soleil artificiel

Il y a douze ans, une équipe de chercheurs avait proposé un projet de construction d’un soleil artificiel servant à alimenter la planète en énergie propre. Les Tokamaks, des miniréacteurs indispensables aux essais de fusion nucléaire ont été achevés en 2006.

Le programme, baptisé EAST (Tokemak Supraconducting Experimental Advanced), avait été approuvé par le gouvernement chinois en 2016.

Mardi dernier, l’équipe internationale des instituts chinois de sciences physiques de Hefei a déclaré que le « soleil artificiel chinois » vient d’atteindre la température de cent millions de degrés Celsius (180 millions de degrés Fahrenheit). Le dispositif est ainsi presque sept fois plus chaud que le soleil, dont le plasma central atteint quinze millions de degrés Celsius (27 millions de degrés Fahrenheit).

À terme, l’EAST constituera une source d’énergie presque illimitée pour la Terre. Les scientifiques ont toutefois précisé que cette chaleur de cent millions de degrés Celcius n’est que le minimum nécessaire pour une réaction nucléaire suffisante.

Maintenir une fusion nucléaire stable

Cette technologie exploite le phénomène appelé fusion nucléaire, qui se produit lorsque deux noyaux d’hydrogène se combinent. C’est de cette même manière que le Soleil génère de la lumière et de la chaleur.

Gong Xianzu, directeur de l’expérience, a expliqué que l’idée est de créer une fusion nucléaire semblable à celle du Soleil en utilisant le deutérium qu’on trouve en quantité abondante dans les mers.

Les ingénieurs ont alors chauffé le plasma à cette température extrême. Leur objectif est de maintenir une fusion nucléaire stable. Actuellement, ils cherchent à améliorer la performance du dispositif.

Quatre types d’énergie de chauffage

D’après le Hefei Institutes of Physical Science, cet exploit constitue une étape importante menant vers de nombreuses prouesses scientifiques. Les données pourraient servir à mieux utiliser l’énergie obtenue à partir de la fusion nucléaire.

Ces informations seraient également capitales pour le développement du réacteur thermonucléaire expérimental international (ITER). Ce dernier est actuellement en cours de construction dans le sud de la France. Le projet rassemble trente-cinq pays différents.

L’année dernière, l’EAST était à environ cinquante millions de degrés Celsius. Les scientifiques ont réussi à doubler la chaleur du plasma en utilisant quatre types d’énergie de chauffage : le chauffage par ondes hybrides inférieures, le chauffage par ondes de cyclotron électroniques, le chauffage par résonance de cyclotron ionique et le chauffage par ions neutres.

Mots-clés chine