La Chine va créer une forêt verticale pour lutter contre la pollution

La Chine fait souvent face à d’importants pics de pollution. En fin d’année dernière, un nuage épais a même envahi Pékin et une dizaine d’autres villes situées au nord du pays. Le gouvernement a été obligé d’annuler des vols et même de fermer les axes routiers les plus importants. La situation est critique, mais un architecte pense avoir trouvé la solution : construire des forêts verticales pour nettoyer l’air.

Cela ne vous aura sans doute pas échappé, mais les villes chinoises les plus importantes sont aussi extrêmement denses. Pékin, par exemple, s’étend sur 16 000 kilomètres carrés, pour plus de 11 millions d’habitants.

Forêt verticale Nankin

Nankin va bientôt avoir droit à sa forêt verticale.

En fin d’année dernière, donc, la Chine a dû faire face à une alerte rouge à la pollution, une alerte qui a concerné pas moins de 10 % du territoire national.

La Chine a été paralysée par la pollution en fin d’année dernière

Tianjin, notamment, a été très durement touché. Face à la situation, la ville a en effet été obligée d’annuler de nombreux vols et de fermer toutes les autoroutes des alentours. Une circulation alternée a aussi été mise en place afin de limiter les émanations produites par les véhicules routiers.

Pékin, de son côté, a enregistré des taux huit fois supérieurs à ceux recommandés par l’Organisation mondiale de la santé.

Depuis, la solution s’est un peu améliorée, mais elle est loin d’être idéale.

Stefano Boeri, un architecte italien, pense cependant avoir trouvé une solution pour limiter les effets de la pollution sur le territoire chinois. Elle consiste à construire des forêts verticales en recouvrant des immeubles d’arbres et de plantes capables de purifier l’air.

Pour tester son idée, il s’est donc lancé dans la construction de deux tours à Nankin, une ville composée de plus de huit millions d’habitants.

Stefano Boeri souhaite construire une forêt verticale à Nankin

Les deux tours en question appartiendront au même bâtiment et elles seront recouvertes par environ 1 100 arbres, par 2 500 plantes grimpantes et par de nombreux arbustes situés sur les toits et sur les balcons. Les tours mesureront entre 108 et 200 mètres de haut. Elles accueilleront des bureaux, des magasins, des restaurants, une école d’architecture, un hôtel et même un club.

Il faut tout de même noter que cet architecte n’en est pas à son coup d’essai. Il est en effet à l’origine de deux autres forêts tropicales et il maîtrise donc bien la question.

D’après les simulations faites par ses équipes, ce nouveau complexe devrait être en mesure d’aborder 25 tonnes de CO2 chaque année. Quant à son empreinte carbone, elle n’est malheureusement pas précisée sur le site de l’architecte.