La Chine va mettre en service sa première autoroute solaire

La Chine vient d’annoncer qu’elle va bientôt mettre en place l’une des toutes premières autoroutes solaires au monde. Longue de deux kilomètres, cette section du périphérique sud de Jinan sera opérationnelle d’ici la fin du mois de décembre. N’étant pas la première, il s’agira néanmoins de la plus grande et la plus sophistiquée des routes solaires jamais construites. Le pays affiche ainsi sa volonté de se positionner en tant que leader mondial dans ce secteur.

La route solaire chinoise qui va bientôt voir le jour sera formée de trois couches distinctes. La première, celle qui est en dessous, sera une couche imperméable qui aura pour rôle d’empêcher l’humidité d’atteindre la couche intermédiaire. Cette dernière renferme les dispositifs photovoltaïques. La troisième sera la couche de protection, faite en béton transparent.

Autoroute

Jusqu’ici, le coût de l’investissement n’a pas été annoncé. Toutefois, notons que la Chine dispose d’une chaîne industrielle qui possède de nombreux avantages comparatifs dans ce domaine.

Une route qui se dégivre automatiquement

Financé et exécuté par le Qilu Transportation Development Group, le projet a été appuyé par l’institut d’ingénierie des transportations de Tongji. Un professeur de l’Université, Zhang Hongchao, a expliqué que « la route capte l’énergie du soleil pour la transformer en électricité ».

Naturellement, cette structure située dans la capitale de la province du Shandong (Est de la Chine), est équipée de batteries solaires. Plus tard, elle pourra permettre aux automobilistes de charger, à distance et sans fil, leurs voitures électriques. Grâce à un système de conversion électrothermique, elle devrait aussi pouvoir faire fondre automatiquement la neige.

Plutôt dans l’année, la même société a entamé la construction d’une route de cent soixante mètres, aux caractéristiques similaires, dans la même ville.

Un concept vieux de douze ans

Pour rappel, le concept de route solaire est né en 2006. C’est l’année où le couple de scientifiques américains Brushaw avait lancé la conception du « Solar Roadway ».

Ensuite, la première voie photovoltaïque du monde est apparue aux Pays-Bas, en 2014. Celle-ci n’est cependant pas encore accessible par les voitures. Elle est réservée aux piétons et aux cyclistes. Il s’agit d’un investissement de 3,5 millions d’euros.

Néanmoins, c’était en 2016, en France, que la première route solaire avait vu le jour : la RD5. Aujourd’hui, elle est empruntée, en moyenne, par deux mille automobilistes. Constituée de cellules photovoltaïques, elle est longue d’un kilomètre et s’étale sur deux mille huit cents mètres carrés.

Les États-Unis vont aussi tester des trottoirs solaires à proximité de la route 66. Le lancement de la phase d’évaluation a récemment été approuvé par le responsable des Transports du Missouri, il y a quelques mois.

Mots-clés écologie