La Chine veut aussi sa constellation de satellites

La Chine vient d’annoncer une nouvelle qui ne devrait pas enthousiasmer les astronomes, amateurs comme professionnels. A l’instar de SpaceX et Amazon, l’Empire du Milieu compte en effet déployer dans ces prochaines années une constellation composée de 12 992 satellites.

Cette bonne vieille connexion filaire est-elle actuellement en train de vivre ses dernières heures ? Certains semblent le penser. Elon Musk le premier. L’entrepreneur à succès fait en effet partie de ceux qui pensent que l’avenir du réseau des réseaux se trouve dans les étoiles. Ou plus précisément dans l’orbite terrestre.

Photo de David Mark – Pixabay

Ces dernières années, SpaceX a ainsi procédé à plusieurs lancements successifs visant à déployer en orbite basse une constellation composée de plusieurs milliers de satellites interconnectés les uns aux autres.

La Chine veut aussi sa constellation de satellites

Un ensemble baptisé StarLink qui a pour principal objectif d’apporter Internet dans les régions impossibles à câbler. Comme les sommets du Pérou, les régions reculées de l’Afrique ou encore le désert indien.

Enfin, c’est en tout cas la promesse faite sur le papier. Dans les faits, StarLink semble effectivement vouloir se focaliser sur les pays riches comme les Etats-Unis, le Canada ou même dans une moindre mesure les états européens. Après une première bêta lancée en Amérique du Nord, le service s’apprête ainsi à s’étendre à travers le vieux continent.

Mais StarLink n’est pas la seule entreprise à s’intéresser au marché de la connexion par satellites. Amazon prépare lui aussi un service similaire, un service qui s’appuiera, tout comme celui de son concurrent, sur une constellation composée de milliers de satellites placés en orbite basse.

Un peu plus de 12 000 satellites prévus

Et à présent, c’est au tour de la Chine d’annoncer un projet similaire.

Comme l’a rapporté le site SpaceNews en début de semaine, la Commission de supervision et d’administration des actifs appartenant à l’état chinois, aussi connu sous l’acronyme de SASAC, a publié un communiqué annonçant la création d’un tout nouvel organisme.

Baptisé China Satellite Network Group Co. Ltd, ce dernier aura la lourde tâche de déployer une constellation composée de 12 992 satellites.

Cette constellation sera divisée en deux sous ensemble. La première évoluera à environ 500 kilomètres d’altitude, contre 1 145 kilomètres pour la seconde. Si la Chine s’est montrée assez avare en informations, il semblerait que ces deux constellations aient pour objectif d’apporter une connexion haut débit dans les provinces rurales du pays, mais aussi au sein des états limitrophes.

Les astronomes ne vont pas être contents

Sur le papier, en tout cas, cette constellation sera comparable à celle de StarLink qui comptera environ 12 000 appareils lorsque son déploiement sera terminé. De son côté, Amazon envisage de placer en orbite basse un peu moins de quatre mille satellites.

Au total, ce sont donc près de trente mille satellites qui flotteront bientôt autour de notre planète. Ce qui ne facilitera pas la vie des astronomes, des astronomes qui se plaignent déjà de la pollution lumineuse induite par les satellites de SpaceX.

Mots-clés chine