La Chine vient d’inaugurer un train autonome sans conducteur se déplaçant sur des rails virtuels

C’est le 5 décembre dernier à Yibin, dans la province chinoise de Sichuan, qu’a été officiellement lancé le premier système autonome de transport ferroviaire rapide, ou ART, à usage commercial. Il s’agit ici d’une première mondiale qui marque l’introduction d’un nouveau moyen de transport ferroviaire urbain par la Chine.

Ce sont les chercheurs de l’institut de recherche de la société CRRC Zhuzhou Electric Locomotive qui ont développé la ligne Yibin ART T1. Sa particularité est qu’elle utilise une voie virtuelle et est dépourvue de conducteur.

Crédits Pixabay

Ainsi, les trains sont munis de capteurs qu’ils utilisent pour déterminer les dimensions des routes et planifier leur propre itinéraire.

La capacité de la ligne

D’après les informations, le flux moyen de voyageurs de la première section de la nouvelle ligne atteindra les 10 000 passagers par jour. Après le raccordement de la gare de Yibin Ouest à la ligne ferroviaire à grande vitesse de Chengdu-Guizhou, ce chiffre devrait monter à 25 000.

La ligne Yibin ART T1  a une longueur totale de 17,7 km, et selon les estimations, 1,128 milliards de yuans, ou un peu moins de 145 millions d’euros, ont été investis dans le projet.

Le train du futur ?

La ligne ART T1 est similaire à un wagon de métro de type B. Elle peut ainsi augmenter le nombre de passagers pouvant être transportés à plus de 500. Pour ce faire, des technologies de regroupement ou encore de reconnexion sans fil sont utilisées.

Selon les sources, plus de 80 villes en Chine et à l’extérieur ont participé à ce projet de train autonome. On peut ainsi s’attendre à une expansion rapide du réseau dans les mois et les années à venir.

Il est vrai que les trains font partie des meilleurs moyens de transport avec le nombre de passagers et la quantité de charge qu’ils peuvent transporter. Seulement, construire de nouvelles voies ferrées peut être assez compliqué et exige à chaque fois un très gros investissement. De plus, les routes suivies par les trains sont limitées aux voies ferrées existantes. Ainsi, les nouveaux trains à rails virtuels de CRRC Zhuzhou Electric Locomotive pourraient être la solution pour pouvoir transporter les passagers n’importe où, du moment qu’il y a une route praticable.

Mots-clés chine