La circulation sanguine chez l’araignée de mer se fait par les intestins

Généralement, chez les animaux comme chez les humains, la circulation sanguine s’effectue grâce aux battements du cœur. À ce sujet, l’araignée de mer fait exception. Des chercheurs ont constaté que chez cette espèce, l’alimentation des organes en oxygène par le sang n’est pas assurée par le cœur. Ce dernier bat très faiblement et ne serait responsable que de la circulation du sang dans la partie centrale de leurs corps.

Les résultats de l’étude ont été publiés par une équipe de chercheurs de l’Université du Montana. Menée par le biologiste de Arthur Woods, celle-ci indique que les intestins de l’araignée de mer jouent le rôle de pompe pour propulser le sang à travers tout l’organisme.

Araignée de mer

Leurs tripes permettent ainsi l’irrigation de tout le reste de leur corps.

L’araignée de mer, un animal pas comme les autres

Les détails sur la recherche peuvent être consultés dans la revue américaine Current Biology.

L’intérêt du professeur Woods pour ces animaux marins aurait pris naissance à l’occasion d’une mission scientifique dans l’Antarctique. Il aurait passé beaucoup de temps à observer les flux sanguins actionnés par les contractions intestinales de ces araignées géantes.

Son premier constat était que leurs intestins généraient de puissantes contractions qui se produisaient suivant un rythme régulier semblable aux battements cardiaques. Il a également remarqué que contrairement aux intestins humains qui se trouvent dans une seule cavité de notre corps, ceux des araignées de mer comptent de multiples branches qui se prolongent jusqu’à l’extrémité de chaque patte. 

« En fait, les intestins de ces araignées se trouvent partout dans leur corps à l’instar de notre système circulatoire », a-t-il expliqué.

Un mécanisme évolutif de survie

Ce phénomène est appelé péristaltisme. Il s’agit de l’ensemble des contractions musculaires permettant la progression d’un contenu à l’intérieur d’un organe creux.

C’est un processus qui est également présent chez les humains dans la facilitation de la digestion. Chez l’araignée de mer toutefois, ces mouvements sont largement plus puissants.

D’après le chercheur, l’espèce aurait développé cette faculté pour sa survie. « Cette découverte met en lumière la vaste diversité des solutions résultant de l’évolution en réponse aux différents problèmes auxquels sont confrontés les animaux pour survivre. » a-t-il souligné.

Crédits Photo

Mots-clés animauxinsolite