La clé de la vie sur Mars se trouve peut-être dans ce désert

Dans le cadre d’une récente étude menée dans le désert d’Atacama, des chercheurs ont découvert des micro-organismes vivants à moins d’un mètre de profondeur du sol. Notons que cette zone, située dans la région de Yungay en Chili, est la plus aride sur Terre. Au travers des résultats de cette recherche, les scientifiques préconisent une nouvelle piste pour chercher une forme de vie sur la planète rouge.

Selon le rapport, l’environnement hostile d’Atacama était riche en argile, ce qui constituerait un facteur déterminant.

Un relief de Mars
Sirenum Fossae, Mars – crédits NASA

L’équipe recommande de vérifier cette hypothèse lors des futures missions sur Mars. Selon ces experts, il serait fort probable que des matières rocheuses, telles que l’argile, contenaient ou contiennent toujours de la vie microbienne.

L’expédition a été menée par des chercheurs de l’université de Cornellet du Centre d’Astrobiologie espagnol, et financée par le Conseil européen de la recherche. Un article détaillant leurs travaux a été publié dans la revue Nature Scientific Reports, le 5 novembre 2020.

L’argile est une roche conservatrice

En fouillant en profondeur, les chercheurs ont trouvé des matières argileuses humides dans la première couche du sol désertique d’Atacama. L’analyse de ce composé rocheux a révélé qu’il renfermait de la vie microbienne. Il s’agit notamment de trente espèces de bactéries et d’archéobactéries (des organismes unicellulaires) qui ont un métabolisme actif.

Jusqu’ici, les scientifiques ne soupçonnaient pas la présence de la vie dans l’argile. Grâce à cette trouvaille, ils ont pu établir que « les argiles sont habitées par des micro-organismes » et qu’« elles préservent extrêmement bien les composés organiques et les biomarqueurs ».

Comme les argiles sont abondantes sur la planète Mars, il y aurait donc une forte chance d’y trouver la trace des microbes vivants ou ayant existé dans le passé. « Si les microbes existent encore aujourd’hui, la dernière vie martienne possible pourrait encore y reposer (…) C’est pourquoi les argiles sont importantes, » a déclaré Alberto G. Fairén, l’un des auteurs de la recherche.

A lire aussi : DuAxel, les rovers qui exploreront les cratères de Mars

Une nouvelle piste pour les missions à venir

Des robots vont partir explorer la planète rouge dans les prochaines années à venir. Le premier sera Hope, de la NASA, qui devra atterrir sur Mars en février 2021. Le vaisseau spatial européen Rosalind Franklinle succédera en 2023.

Dès lors, l’étude effectuée sur Atacama se rendra particulièrement utile. D’une part, ces résultats pourront servir de repères afin de localiser le bon endroit où il faut pratiquer les fouilles. D’autre part, ils donnent une idée des outils nécessaires à ces futures missions.

A lire aussi : L’IA à la rescousse pour catégoriser les volcans de Mars

La dernière vidéo de la chaîne

Si vous aimez les produits tech, alors n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre chaîne YouTube.

Le dernier test publié sur la chaîne, le test de l’iPhone 12 Pro

Mots-clés mars