La Corée du Nord devrait éviter de copier l’iPad. Vraiment.

Apple n’a qu’à bien se tenir ! Les pontes de Pyongyang sont de retour et cette fois avec le Ryonghung iPad, un vrai petit bijou de technologie exclusivement réservé au marché nord-coréen, ce qui – vous en conviendrez sûrement – est véritable tragédie.

Commercialisée sous le même nom que la célèbre ardoise de la firme de Cupertino, cette sublime tablette équipée d’une housse-clavier du plus bel effet, est présentée comme “désormais populaire parmi les clients” de la Myohyang IT Company – société à l’origine de ce terminal de rêve. Un argument commercial décisif, pour un terminal qui en a par ailleurs sous le capot, comme l’explique sa réclame.

Fake_iPad_Corée_du_Nord-2

Spécialiste des copies en tout genre, Pyongyang vient d’accoucher d’une nouvelle tablette capable (ou presque) de faire frémir Apple : la dénommée Ryonghung iPad

Amateurs de téraflops en folie et de features en pagaille, préparez-vous à être ébahis par les spécifications du tout-puissant Ryonghung iPad, qui dispose des dernières technologies et fonctionnalités à la mode – sur les terres de Kim Jong-Un – un détail qui a son importance. Embarquant un CPU quad-core cadencé à 1.2 Ghz, 1 Go de mémoire vive et 8 Go de “Disque-dur“, l’appareil accueille donc “plus de 40 applications” préchargées, et peut en outre “se vanter d’être stable en termes de système d’exploitation” (nous voilà rassurés).

Le Ryonghung iPad, un produit de haute volée destiné à des clients… Studieux

C’est en effet ce qui est mis en avant par la firme à l’origine de cette ravissante machine. Les fonctionnalités de la tablette étant tellement étendues que la “lecture des différentes sources d’information digitale, le travail de bureau et la documentation” semblent être parmi les seules véritables activités mises en avant par ses créateurs.

Mais ne soyons pas mauvaises langues, le terminal dispose malgré tout d’une application permettant d’identifier jusqu’à 1.200 aliments en vue de proposer des remèdes à ses utilisateurs. Il n’en fallait pas plus pour que l’appli en question profite d’une “popularité croissante chez les clients” de la Myohyang IT Company, décidément très contente de leur achat…

Contacté par NKNews à propos de la violation de copyright dont l’iPad est victime, Apple n’a même pas souhaité s’exprimer sur la question. Ce qui en dit finalement long sur la considération que la firme de Tim Cook peut avoir pour ces contrefaçons nord-coréennes.