La Corée du Sud se montre très pessimiste concernant son industrie de puces

Un groupe de pression du nom de Korea Chamber of Commerce and Industry (KCCI) a mené ce lundi une enquête auprès de 30 experts en puces. Pour vingt-quatre d’entre eux, l’industrie sud-coréenne de fabrication de semi-conducteurs est en grand danger.

Crédit – Samsung

Ils ont indiqué que le péril qui guette l’un des plus grands producteurs mondiaux de semi-conducteurs est aussi important, voire plus grand que les précédentes crises qu’a connu le secteur. Pour certains d’entre eux, l’industrie sud-coréenne traverse actuellement sa pire crise de la décennie. Que ce soit la guerre commerciale USA-Chine de 2019 ou l’incursion de fabricants de puces chinois dans le secteur des puces mémoires en 2016, aucune n’est comparable à la situation actuelle.

Certains géants se détournent de la Corée du Sud

Sur les experts interrogés, 13 d’entre eux ont été très pessimistes en indiquant qu’il s’agissait de la pire crise de la décennie. 11 autres de leur côté ont essayé de mettre un peu d’eau dans leur vin. N’empêche, ils trouvent aussi que la situation est alarmante.

Dans tout le lot, il n’y a qu’un seul expert qui ait émis un avis positif en indiquant que l’industrie coréenne ne faisait aucunement face à une crise. Ce qui est tout à fait discutable alors qu’Apple vient de se détourner des fabricants du pays du matin calme pour confier la production des puces de mémoire flash NAND tridimensionnelles à la société chinoise Yangtze Memory Technologies.

Une grosse perte pour les géants coréens des puces mémoires comme Samsung Electronics et SK hynix sachant que lesdites mémoires vont équiper l’iPhone 14, le dernier smartphone phare d’Apple dont la commercialisation démarre au mois de septembre. Avec ce coup d’éclat, l’entreprise chinoise pourrait se révéler être un concurrent de taille pour les géants coréens dans les années à venir.

Ceci alors que Samsung Electronics a déjà vu son concurrent TSMC lui arracher quelques gros clients cette année.

Un concours de circonstances qui ne va pas dans le sens des géants sud-coréens

Les experts ne se sont pas limités à la décision d’Apple pour émettre leur jugement sur l’avenir de l’industrie sud-coréenne des puces. Ils ont également pris d’autres paramètres qui sont loin d’être négligeables.

Il s’agit notamment des risques qui pèsent sur la totalité du secteur et parmi lesquels on retrouve l’offre excédentaire de puces mémoires, les réductions de prix et la baisse des exportations mensuelles de puces. La concurrence agressive des autres entreprises chinoises a également été prise en compte. Elle risque de ralentir sérieusement l’activité de l’industrie sud-coréenne dans les deux années à venir.

Un avis partagé par Burm Jin-wook, professeur d’ingénierie électronique à l’université de Sogang et dont les propos ont été rapportés par le KCCI. Il a indiqué que :

« Par le passé, les incertitudes dans l’industrie coréenne des puces ont été pour la plupart de courte durée, car les problèmes provenaient de défis externes transitoires ou de cycles réguliers de dégradation des puces. Aujourd’hui, l’intensification de la concurrence mondiale dans la chaîne d’approvisionnement des puces, qui ne montre aucun signe d’apaisement, associée à la crainte que les suiveurs chinois évoluent rapidement, rend les fabricants de puces coréens plus nerveux que jamais ».

Burm Jin-wook

Pour finir, il faut souligner que près de 60 % des experts ont déclaré dans l’enquête que la crise dans laquelle se trouvait l’industrie sud-coréenne des puces devrait durer au moins deux ans.

Source : The Korea Herald

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.