La Corée du Sud va se plier aux exigences des USA

Le monde entier fait actuellement face à une pénurie de puces. Afin de trouver une solution au problème, le département américain du Commerce avait formulé une demande à l’intention des entreprises technologiques entrant dans la chaine d’approvisionnement. Ces dernières devraient fournir un certain nombre d’informations sur leur stock et leurs ventes de puces. Après des jours de tractations, les compagnies coréennes ont décidé de s’exécuter. L’information relayée par Bloomberg a été révélée ce matin par le ministère coréen des Finances.

Crédits Pixabay

Une demande qui a soulevé la controverse en Corée du Sud

En septembre dernier, les États-Unis ont donc soumis aux entreprises intervenant dans le secteur des semi-conducteurs un formulaire. Celui-ci devait être rempli et renvoyé avant le 8 novembre. Ledit formulaire se présente sous la forme d’un questionnaire destiné aux fabricants de puces.

Ces derniers doivent donner les informations concernant leurs stocks, leurs arriérés, leurs délais de livraison et leurs modes d’approvisionnement. Ils doivent également donner les informations sur leurs principaux clients et préciser les moyens qu’ils ont mis en œuvre pour augmenter leur production.

Une demande qui n’a pas du tout plu aux citoyens sud-coréens, au point de déclencher une polémique nationale dans le pays. Il faut souligner que Samsung Electronics et SK Hynix, qui sont deux des plus grands fabricants de puces au monde, sont tous deux concernés par la demande américaine.

Or, ces deux sociétés sont des trésors nationaux en Corée du Sud. Le pays a donc vu la demande comme étant une manœuvre déloyale de la part de Washington afin de mettre la main sur des secrets commerciaux. Des rapports locaux ont même indiqué que les entreprises concernées ne fourniraient qu’une partie des informations demandées.

Une décision allant dans le sens de l’apaisement

Le gouvernement sud-coréen ne souhaite visiblement pas aller aux bras de fer avec les États-Unis en protégeant coûte que coûte son industrie. Par l’intermédiaire de son ministre des finances, le pays des matins calmes a déclaré que ses entreprises technologiques se préparaient à une soumission volontaire.

Afin de rassurer ses concitoyens, il a également ajouté que les géants technologiques coréens avaient déjà eu à négocier avec les États-Unis. Des négociations qui concernaient les données qui seront transmises aux Américains. Toutefois, il n’a pas donné plus de détails sur lesdites informations.

Il faut dire que bien que la demande soit « volontaire », Gina Raimondo, la secrétaire d’État américain du commerce avait formulé des menaces à l’intention de l’industrie. Si les responsables des entreprises concernées ne s’exécutaient pas, alors la Maison-Blanche pourrait leur forcer la main. Ceci, en faisant appel à certains outils comme la loi sur la production de défense.

Une situation que le gouvernement sud-coréen a voulu éviter à ses entreprises. Les États-Unis restent avant tout un allié commercial des Américains en Asie. Particulièrement dans une période où les semi-conducteurs sont devenus un point d’achoppement entre la Chine et les USA qui cherchent tous deux à sécuriser leur chaine d’approvisionnement.  

Selon son ministre des finances, la Corée du Sud ne cherche aucunement à froisser son partenaire. Encore que le pays cherche à consolider son partenariat avec les Américains.