La DARPA veut brancher notre cerveau sur des ordinateurs

La DARPA vient d’annoncer le lancement d’un tout nouveau programme de financement baptisé NESD, pour Neural Engineering System Design. Il vise à brancher notre cerveau sur des ordinateurs.

Créée à la fin des années 50, la DARPA est en réalité une agence liée au département de la défense américain. Elle est notamment chargée de la recherche et du développement de nouvelles technologies destinées à un usage militaire. Connue pour avoir créé ARPANET, elle a également été à l’origine de plusieurs autres technologies.

Cerveau

Cette fois, elle s’intéresse donc à notre cerveau et plus précisément aux implants neuronaux.

La DARPA s’intéresse aussi aux implants neuronaux

La DARPA a en effet annoncé un peu plus tôt dans la semaine un nouveau programme de financement baptisé NESD, un programme destiné à favoriser le développement d’implants neuronaux. L’idée étant tout simplement de permettre au cerveau humain de communiquer directement avec des interfaces informatiques sans avoir besoin de passer par des périphériques tiers comme l’éternel couple souris/clavier.

D’après le communiqué de l’agence, le programme en question financera dans un premier temps cinq groupes de recherche universitaire et une entreprise basée à San Jose.

Parmi les groupes retenus, on en trouve un qui travaillera sur la création d’une interface capable de tisser un réseau de “neurograins”. Peu de détails ont filtré, mais cette interface pourrait se présenter sous la forme d’implants situés dans le cortex cérébral, ou au-dessus. Ils auraient pour but d’analyser la manière dont le cerveau traite et décode la langue parlée.

Les autres groupes travailleront sur des projets assez variés, des projets en lien avec la perception visuelle, la perception auditive et la parole. Certains focaliseront leurs efforts sur des microscopes holographiques capables d’observer des milliers de neurones à la fois, d’autres sur des diodes électroluminescentes destinées à interagir avec le cortex visuel.

Cinq groupes de recherche et une entreprise retenus

L’entreprise sélectionnée s’appelle Paradromics et elle recevra une somme de 18 millions de dollars pour développer une prothèse capable de décoder et d’interpréter des instructions orales.

La DARPA impose un cadre strict à tous les participants au programme. L’implant ne devra ainsi pas excéder la taille d’une pièce de cinq cents et il faudra qu’il soit en mesure de recevoir une communication bidirectionnelle.

La tâche s’annonce ardue, mais ce programme pourrait déboucher sur des découvertes scientifiques importantes. Grâce à ces implants, il serait tout à fait possible de permettre aux individus atteints de handicaps sévères de contrôler un exosquelette pour se déplacer ou même interagir avec leur environnement.

Il faut d’ailleurs noter que la DARPA n’est pas la seule à s’intéresser à la délicate question des implants neuronaux. Elon Musk lui-même a lancé récemment une nouvelle entreprise, avec un budget total de 100 millions de dollars pour faire avancer la recherche.

Mots-clés darpa