La drôle de capacité des fourmis coupeuses de feuilles

Depuis un bout de temps, une équipe de chercheurs s’intéresse à une espèce de fourmis appelée Acromyrmex echinatior. Ils sont particulièrement fascinés par leur relation de coopération avec des bactéries. Ces microbes les aident à lutter contre les maladies en produisant des antibiotiques naturels.

Voulant étudier ce que les fourmis ont à offrir aux batteries en retour, les scientifiques ont fait une découverte accidentelle.

Une fourmi sur une feuille
Photo de Sian Cooper – Unsplash

Concrètement, l’équipe de chercheurs a mis en évidence la présence d’une sorte d’armure biominérale qui couvre leur exosquelette. Ils pensent que ce « revêtement granulaire blanchâtre » constitue à la fois une armure contre les prédateurs et une protection contre les agents pathogènes.

Le mérite de cette trouvaille revient aux chercheurs de l’Université de Wisconsin-Madison. Les résultats ont été publiés dans Nature Communications.

Un vrai gilet pare-balles biominéral fait maison

Pour éprouver l’efficacité de ce « gilet pare-balles biominéral fait maison », les scientifiques ont recouru à différentes techniques de pointe. Citons, par exemple, la microscopie électronique ou la diffraction de la rétrodiffusion électronique. Dans les faits, il s’agit d’une couche fine de cristaux. Elle est essentiellement composée de calcite de magnésium rhomboédrique.

Les chercheurs ont également eu l’idée d’engager les fourmis dans une bataille expérimentale. Le combat a révélé que celles qui possèdent l’armure sont beaucoup mieux protégées que les autres.

Ils ont ensuite comparé des fourmis coupeuses de feuilles avec et sans armure à des fourmis plus grandes et plus fortes du nom d’Atta cephalotes. Le résultat a montré que celles qui sont dotées du bouclier naturel ont plus de chances de survivre. Elles sont également protégées contre les champignons appelés Metarhizium anisopliae qui infectent les insectes. 

Un don qui vient des crustacés ?

Rappelons qu’il est scientifiquement établi que les insectes ont évolué à partir de crustacés. Or, les crustacés sont enveloppés par une carapace d’une solidité exceptionnelle qui leur sert justement d’armure. Les chercheurs pensent alors que cette parure naturelle qui sert de protection aux fourmis leur vient probablement de leurs ancêtres arthropodes.

Les scientifiques ont également constaté l’absence de ce revêtement chez les bébés fourmis. Il se développe plutôt au fur et à mesure que les insectes grandissent et que leur exosquelette s’endurcit.

L’équipe pense que cette découverte pourrait avoir des applications intéressantes dans la conception de matériaux solides, comme les gilets pare-balles. « Nous pensons qu’il existe un potentiel de développement du matériau en ajoutant de la résistance à une gamme de produits. Il est léger et fin ».

Mots-clés entomologie