La drôle de découverte faite au sujet du virus responsable de la Covid-19

Si vous êtes extrêmement sensible aux aliments amers, il y a de fortes chances pour que vous soyez plus résistant au virus de la Covid-19. En tout cas, c’est ce que suggère une récente étude publiée dans la revue médicale JAMA Network Open. D’après ses auteurs, les individus appartenant à la catégorie des « super-goûteurs » seraient en effet moins affectés par les effets du Coronavirus.

Il faut savoir que les super-goûteurs sont des individus qui ont la capacité de détecter l’amertume et les goûts des aliments plus fortement que les autres. Dans la plupart des cas, ces derniers ont une aversion pour des aliments tels que les choux, les asperges, les épinards ou encore le pamplemousse. Deux gènes sont responsables de cette condition.

Crédits Pixabay

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont analysé les données de plus de 2000 patients venant de Bâton Rouge, en Louisiane. Parmi ceux qui ont été testés positifs à la Covid-19, on ne retrouve qu’un très faible pourcentage de super-goûteurs.

Une étude à grande échelle

Les auteurs de cette étude ont voulu en savoir plus sur la perte de goût et d’odorat causée par la Covid-19. Cette équipe dirigée par le Dr Henry Barnham du Sinus and Nasal Specialists de Louisiane a commencé par mener des tests gustatifs sur 100 patients atteints de Coronavirus. Après étude des résultats, ils ont remarqué qu’aucun de ces individus n’était un super-goûteur. Ils ont donc estimé que cela méritait une enquête plus poussée.

Entre le 1er juillet et le 30 septembre 2020, ils ont étendu leur recherche à 1935 patients. Ces derniers ont passé les mêmes tests gustatifs que le premier groupe. Les volontaires ont dû lécher trois bandes contenant des goûts différents. Leur perception de ces goûts allait permettre aux chercheurs de savoir s’ils étaient des super-goûteurs ou non.

Des patients moins vulnérables

Grâce à ce test, les scientifiques ont pu catégoriser ces patients en 3 groupes. Sur les 1935 volontaires, 508 étaient des super-goûteurs, 917 des goûteurs moyens et 510 des non-goûteurs. Parmi eux, 266 individus ont été testés positifs à la Covid-19 après un test PCR.

Les chercheurs ont ensuite découvert que seulement 5,6% des personnes infectées étaient des super-goûteurs, contre 39,1% parmi les goûteurs moyens et 26,4% parmi les non-goûteurs. Ces résultats suggèrent selon eux qu’il y a donc un lien entre la sensibilité aux goûts et la sévérité de la maladie. Pour l’heure, ils ont conclu que les super-goûteurs étaient moins vulnérables à la Covid-19.

Pour en savoir plus, des études plus approfondies sont nécessaires.

Mots-clés Covid-19