La drôle d’histoire de Naomi Wu, aussi connue comme la SexyCyborg

Difficile d’être une fille dans le monde de la science. Naomi Wu, également connue comme la SexyCyborg, en est la preuve vivante. Cette jeune makeuse (adepte du Do-It-Yoursel et des nouvelles technologies) est connue dans l’univers des STEM (Science, Technology, Engineering and Mathematics) pour ses créations hors du commun et son look affriolant.

Malgré son talent, Naomi Wu est victime de nombreux stéréotypes et fait l’objet de plusieurs attaques sexistes. Cela ne l’empêche pas de continuer son bonhomme de chemin et de créer des objets qui allient de deux ses passions, à savoir la science et la mode. Celle qui se fait appeler SexyCyborg pense que le monde de la tech « n’est pas seulement destiné aux stéréotypes de la fille geek ou du diplômé en informatique. »

Le ventre d'une femme dans la pénombre

Crédits Pixabay

À travers ses créations, Naomi Wu souhaite « encourager d’autres femmes à poursuivre des carrières dans les sciences et technologies. »

Une makeuse qui a de la suite dans les idées

Naomi Wu est devenue célèbre grâce aux objets qu’elle a créés. Sa création la plus populaire est certainement la paire de chaussures à plateformes démontables qui est équipée d’un routeur sans fil et de plusieurs outils de crochetage de serrure.

En dehors de cela, Naomi Wu a conçu une palette de maquillage qui intègre un ordinateur ainsi qu’une mini-jupe et des faux-cils LED. Malheureusement, la popularité de Naomi Wu dans le domaine des STEM ne lui a pas valu que des amis.

À lire aussi : La terrible histoire de Paulette Gebara Farah

Une développeuse qui est obligée de travailler sous un faux nom

Face aux nombreuses critiques dont elle est la cible, Naomi Wu a dû adopter un nom masculin pour pouvoir exercer son métier de codeuse. La SexyCyborg est obligée de prendre ce genre de mesures pour éviter d’être victime de discrimination dans le monde de la tech.

Par le passé, Naomi Wu a déjà été évincée de l’événement Make Faire qui réunit des makers venus du monde entier, par les organisateurs qui avaient remis en question sa légitimité. À l’époque, Dale Dougherty, le fondateur de Make Media, l’entreprise à l’origine de Make Faire, a même émis des doutes sur la véritable identité de Naomi Wu.

D’après lui, la jeune femme ne serait qu’un personnage qui est dirigé par plusieurs individus. Après cette déclaration Dale Dougherty s’est excusé et a admis que « Naomi est ce qu’elle dit être. » En attendant, vous pouvez la retrouver sur Instagram. ou même YouTube.

À lire aussi : L’histoire des triplés séparés à la naissance pour une expérience anthropologique