La FCC donne son feu vert à SpaceX pour le lancement de plus de quatre mille satellites dans l’espace

La Federal Communications Commission a approuvé le projet de SpaceX consistant à lancer quatre mille quatre cent vingt-cinq satellites qui couvriront le monde entier avec le réseau haut débit. Une partie de l’accord stipule que SpaceX lancera la moitié de ces satellites en 2024, soit dans six ans. Le fait que la FCC donne son approbation à SpaceX n’est guère surprenant.

Le président de la Federal Communications Commission, Ajit Pai, avait montré son enthousiasme face à la perspective qu’une société américaine puisse avoir le privilège de lancer un tel réseau satellitaire.

D’après la déclaration Gwynne Shotwell, chef de l’exploitation de SpaceX, l’approbation de la licence de constellation par la FCC et son examen approfondi du projet est une étape importante pour Space X.

Le projet Starlink aura pour objectif principal de fournir un réseau satellite de dernière génération capable de relier le monde à un service réseau haut débit à la fois abordable et fiable.

Une couverture réseau haut débit à portée mondiale

Ce service a pour but de permettre à toute personne résidant dans n’importe quel pays du monde de se connecter à internet. Néanmoins, le projet Starlink a rencontré quelques obstacles avant d’avoir un avis favorable de la FCC. Certains opérateurs de satellites se sont opposés à ce déploiement.

Spire et OneWeb en font partie. Ces opérateurs ont argué le fait que les satellites de SpaceX risquent d’encombrer l’orbite et le spectre. D’après l’opérateur OneWeb, le déploiement de ces satellites ne devrait pas être autorisé à une altitude inférieure à cent vingt-cinq kilomètres afin d’éviter les interférences. Il demande à ce qu’une zone tampon soit instaurée autour de chaque satellite.

FCC presse SpaceX

Un autre sujet épineux soulevé par ces opérateurs de satellites concerne les débris orbitaux que ces satellites de SpaceX risquent d’engendrer. Ce déploiement de plusieurs milliers de satellites est un projet sans précédent jusqu’à maintenant. Selon ces opérateurs, cela nécessite de prévoir un large plan de réduction des débris orbitaux.

En dépit du fait que SpaceX doive effectuer davantage d’études sur le sujet, la FCC l’exhorte à mettre en oeuvre son projet le plus rapidement possible, au risque de devoir requérir à une nouvelle autorisation.

La start-up devra lancer la moitié des satellites du projet Starlink au plus tard le 29 mars 2024. SpaceX devra ainsi lancer ces satellites sur les stations spatiales prévues à cet effet, les mettre en orbite et les exploiter.

Mots-clés spacex