La FCC exclura tout opérateur utilisant des équipements Huawei ou ZTE du programme de subvention fédéral

Le mois dernier, la Federal Communications Commission (FCC) a annoncé qu’elle prévoyait de suspendre l’accessibilité aux fonds de l’Universal Service Fund (USF), un programme de subvention fédéral, des entreprises de téléphonie mobile utilisant des équipements considérés comme risqués pour la sécurité nationale. Les noms de Huawei et ZTE ont été explicitement cités.

En effet, les agences de sécurité nationales américaines soupçonnent que les équipements des entreprises Huawei et ZTE puissent être utilisés par le gouvernement chinois pour espionner d’autres pays et sociétés et, en particulier, de compromettre la sécurité des États-Unis.

Une antenne 4G

Crédits Pixabay

D’ailleurs, l’actuel président américain Donald Trump a publié en mai dernier un décret interdisant l’utilisation des équipements Huawei dans les réseaux de communication américains.

Les deux entreprises ont toujours nié les accusations et les soupçons portés par les États-Unis.

Les responsables américains ont pris des mesures contre les deux entreprises dès 2018

En mars 2018, Ajit Pai, le président de la FCC avait déjà empêché les entreprises présentant un risque pour la sécurité de recevoir les subventions fédérales. Toutefois, à cette période, Ajit Pai n’a pas spécifiquement cité Huawei et ZTE. Pour rappel, l’USF est un système de subventions et de redevances géré par la FCC et visant à promouvoir l’accès universel aux services de télécommunication aux États-Unis.

Il accorde ainsi des subventions aux opérateurs ruraux pour la construction d’infrastructures dans les zones difficiles d’accès du pays et fournit également des fonds aux bibliothèques et aux écoles Toutefois, les agences de sécurité nationales et plusieurs politiciens de Capitol Hill ont averti sur les dangers liés à l’utilisation des équipements de Huawei et ZTE.

Un groupe bipartite de 18 sénateurs et représentants américains a également écrit à la FCC en décembre 2017 pour exprimer leurs préoccupations sur les dangers que représente l’utilisation des équipements de communication de ces deux entreprises sur les réseaux américains.

Huawei et ZTE, soupçonnés de servir les intérêts du gouvernement chinois

Le problème, explique Pai dans un article de blog publié le lundi 28 octobre 2019, est que « des acteurs étrangers hostiles pourraient utiliser des « portes dérobées » cachées dans nos réseaux pour nous espionner, nous voler, nous attaquer par des logiciels malveillants et des virus ou exploiter nos réseaux d’une autre manière. Et il y a de plus en plus de raisons de croire que les sociétés chinoises Huawei et ZTE représentent un risque inacceptable pour la sécurité nationale américaine ».

Si la proposition de la FCC est approuvée, l’interdiction d’utiliser la subvention de l’USF pour acheter des équipements chinois entrera en vigueur dès son inscription au Federal Register, a déclaré un responsable de la FCC à la presse. Bien que Huawei et ZTE aient été spécifiquement pointés du doigt à l’origine, le responsable a souligné que tout autre fabricant d’équipements – chinois ou non – faisant l’objet de doutes concernant la sécurité, pourrait également être touché par cette mesure.

Le défi sera aussi de remplacer les équipements déjà existants

En plus d’interdire l’entrée et l’utilisation de nouveaux équipements Huawei et ZTE, la FCC cherche également un moyen de remplacer les anciens équipements. Pai déclare en effet dans un communiqué qu’il a un plan pour, dans un premier temps, « déterminer la quantité d’équipement de Huawei et d’une autre société chinoise, ZTE, dans ces réseaux » puis, d’allouer « une assistance financière à ces transporteurs pour les aider à faire la transition vers davantage de fournisseurs de confiance ».

Néanmoins, pour l’heure, les opérateurs ruraux craignent que le remplacement des équipements Huawei et ZTE actuels ne coûte cher et les retarde dans le déploiement des réseaux 5G.

Mots-clés fcchuaweizte