La fin du travail d’ici un siècle ?

Des chercheurs ont mené la plus vaste étude réalisée jusqu’à ce jour sur l’avenir de l’intelligence artificielle. Les auteurs de celles-ci ont appelé 1.634 spécialistes en IA pour répondre à leurs questionnaires. Seulement 352 d’entre eux ont participé, soit 21 %. Ces derniers s’accordent sur l’avènement de la fin du travail dans cent vingt ans. Dans quarante-cinq ans, selon les résultats de l’étude, toutes les taches disparaîtront à cause l’automatisation.

Les experts estiment la probabilité de la validité de leurs prédictions à plus de cinquante pour cent. Néanmoins, il ne s’agit pas d’une étude expérimentale basée sur une méthode scientifique. Il s’agit plutôt d’une spéculation. Aucune preuve ne peut donc justifier leurs affirmations. Quoi qu’il en soit, c’est le temps qui leur donnera raison ou non.

IA Emploi

Les experts ont spéculé sur les étapes du processus en donnant des dates approximatives. La plupart d’entre eux ont une vision positive de ce changement.

Un scénario de science-fiction

D’après la description des spécialistes, l’avenir ressemblerait à un scénario de science-fiction. En 2024, l’IA serait plus rapide que le traducteur humain. En 2026, les robots seraient capables de rédiger des textes tels que des mémoires ou des thèses universitaires. En 2027, ils pourraient faire le travail des routiers. En 2030, ils pourraient devenir commerçants.

Des robots écrivains existeraient en 2049 et des robots chirurgiens en 2053. Cette prédiction a été contestée par le Pr Jean-Gabriel Ganascia qui ne conçoit pas la possibilité d’un robot écrivain.

Ce dernier est philosophe des sciences et expert en Intelligence Artificielle à l’université Pierre et Marie Curie. « La perception de l’ironie et de l’humour est une tâche infinie. » a-t-il avancé.

Des marges d’erreur très considérables

« Dans le domaine des sciences politiques, une analyse a montré que l’avis des experts était moins bon que de simples statistiques pour prédire des événements. Mais il y a des raisons d’être optimistes. Les progrès en informatique ont été réguliers, depuis longtemps. » a souligné le Pr Jean-Gabriel Ganascia.

« Cela ne repose que sur des prédictions de chercheurs assez discutables, avec des marges d’erreur très considérables. Je ne suis pas certain que les participants soient les mieux placés pour donner une évaluation objective. S’ils connaissent leurs technologies, dans lesquelles ils croient, ils n’ont aucune idée de la réalité des métiers dont ils parlent. » a-t-il poursuivi.

Mots-clés emploiinsolite