La folle histoire de John Douglas, celui qui a inspiré Mindhunter

À partir du 13 octobre 2017, Netflix a commencé à diffuser Mindhunter, avec le succès que nous lui connaissons. Mais ce que beaucoup ignorent, c’est que les épisodes de cette série sont en fait inspirés d’une histoire vraie. Et plus précisément de celle d’un agent du FBI qui cherchait à se mettre dans la peau des tueurs pour les capturer.

Cet homme, c’est John Edward Douglas, le pionnier du profilage des criminels.

Aidé par Robert Ressler, un autre agent du FBI à qui l’on a attribué la création du terme « tueur en série », il a contribué à la résolution de nombreuses affaires criminelles.

Douglas a réussi à élucider de nombreuses affaires de meurtre ayant dérouté les enquêteurs. Parmi les étapes marquantes de sa carrière, il y a, par exemple, la résolution de l’affaire West Memphis Three ou celle du meurtre de JonBenét Ramsey. Citons également l’arrestation de Gary Ridgway, connu pour ses 71 victimes, ou même celle du photographe Wayne Williams, à qui la police a attribué 23 meurtres.

Douglas a écrit de nombreux manuels et autres documents censés aider les agents et les fonctionnaires à mieux comprendre les criminels. Son histoire constitue une source d’inspiration pour les producteurs de films.

Un protocole d’entretien avec les hors-la-loi

Né le 18 juin 1945 à Brooklyn (New York), Douglas voulait devenir vétérinaire. Toutefois, ses lacunes en science exacte l’ont empêché de décrocher le diplôme. Il a ensuite intégré l’armée de l’air en tant que dactylo. Puis, il a trouvé un post au FBI grâce à une de ses connaissances . En 1970, il a été engagé comme tireur d’élite dans les forces spéciales.

Douglas découvre alors sa vocation. Il a continué à étudier et il a décroché un diplôme en sociologie et éducation physique. Sa passion et sa persévérance lui ont également permis d’obtenir un doctorat en psychologie.

En outre, il a passé beaucoup de temps à apprendre les techniques de négociation, avant de commencer à enseigner la psychologie criminelle aux policiers,dans tous les États-Unis.

Toutefois, au fil du temps, il s’est rendu compte que ses modèles théoriques ne suffisaient pas pour décrire l’esprit des criminels, particulièrement des tueurs. Avec Robert Ressler, il a établi un protocole d’entretien avec les hors-la-loi.

Les deux hommes ont décidé de voyager et de rencontrer des meurtriers incarcérés dans différentes prisons pour établir des modèles plus précis sur les profils des assassins.

Le protocole concerne, d’une manière globale, les motivations et les modes opératoires utilisés par ces individus. Naturellement, les deux agents étudiaient également la psychologie des personnes qu’ils appréhendaient.

Un travail d’acteur

Ainsi, au cours de sa carrière, Douglas a été confronté à différentes histoires horribles. Il a reconnu que son travail l’a épuisé.

Néanmoins jusqu’à maintenant, même retraité, il est encore sollicité par le FBI en tant que consultant.

« Vous vous occupez des victimes de crimes violents, ce qui est émotionnellement déchirant, et vous parlez aux auteurs des crimes, qui ne se soucient pas vraiment des victimes », a-t-il confié à Vulture. « Et puis, vous menez un entretien avec eux comme s’il n’y avait rien de mal avec le type. Vous pouvez même indiquer que vous avez de l’empathie pour lui alors que ce n’est vraiment pas le cas. Mais vous devez faire ce travail d’acteur. »

Mots-clés histoire