La folle histoire de Samuel Bellamy, le pirate le plus riche de l’histoire

Samuel Bellamy a eu une courte carrière dans la piraterie. Cela ne l’aura pas empêché d’amasser une fortune colossale pour devenir le pirate le plus riche de l’histoire.

Il se faisait appeler Black Sam Bellamy. Le surnom laisse imaginer un redoutable pirate rempli de cruauté, mais Samuel Bellamy n’avait pas la réputation d’être un capitaine violent. Au contraire, il était décrit comme une personne juste envers ceux qu’il pillait et généreuse envers son équipage. Son surnom venait plutôt de la couleur noire de ses cheveux. Le natif de Hittisleigh au Royaume-Uni n’était pas du genre à les poudrer. Bien qu’il soit décrit comme une personne aimable, Black Sam a tout de même amassé une énorme fortune en pillant 53 navires entre 1716 et 1717. Aujourd’hui, la valeur de son butin est estimée à plus de 140 millions de dollars.

Un bateau de pirates
Crédits Unsplash

Samuel Bellamy menait une vie tranquille et n’avait pas l’intention de devenir un pirate. Pourtant, l’histoire se souvient de lui comme de l’un des plus célèbres.

De simple manant au Robin des bois des mers

Né vers 1689 dans l’ouest de l’Angleterre, Bellamy prend la mer dès son jeune âge. Peu de chose le retenait dans son village natal de Hittisleigh. Le jeune homme voulait surtout fuir la misère. Il débute comme jeune marin sur des navires de guerre. Il monte ensuite en grade et acquiert de l’expérience. Vers 1714, il part à la découverte du Nouveau Monde dans les colonies américaines.

Le jeune Bellamy s’installe à Cape Cod, dans le Massachusetts. Il entretient une liaison avec une fille de bonne famille nommée Maria Hallett. Les parents de la jeune fille désapprouvent la relation et ont tout mis en œuvre pour séparer les deux tourtereaux. La déception amoureuse marque un tournant dans la vie du jeune matelot. Il se met alors dans la tête de devenir riche, ce qui le conduira probablement à la piraterie.

Le jeune homme fait ses premiers pas dans la piraterie à bord du Mary Anne du capitaine Benjamin Hornigold. Il prendra le contrôle du navire à la suite d’une mutinerie. « Ce drapeau ne représente pas la mort, mais la résurrection. Vous ne serez plus jamais les esclaves des riches. À partir de ce jour, nous sommes des hommes nouveaux. Des Hommes libres », aurait-il proclamé en hissant le pavillon noir avec une tête de mort. Black Sam traitait tout le monde sur le même pied d’égalité, peu importe la couleur de peau. Il avait l’habitude de voler aux riches pour distribuer aux pauvres, ce qui lui vaudra le surnom de Robin des bois des mers.

A lire aussi : Bermudes : un navire pirate vieux de 400 ans a été découvert

Une fortune perdue au fond des eaux

En 1717, Black Sam entreprend de retourner à Cape Cod – probablement pour reconquérir sa bien-aimée et confronter à nouveau la famille Hallett. Lui et ses pirates seront alors pris dans une violente tempête au large des côtes du Massachusetts. Le 26 avril 1717, son emblématique navire Whydah sombre en emportant le fabuleux trésor au fond des eaux.