La FTC veut renforcer sa lutte contre les deepfakes !

Les usurpations d’identité à l’aide de l’IA inquiètent de plus en plus. Selon une récente étude, les tentatives de fraude à l’aide de deepfakes, ont considérablement augmenté en 2023.

Crédits 123RF.com

Un constat alarmant qui oblige les autorités à prendre des mesures pour protéger leurs citoyens. Après l’Inde et ses menaces de bannissement, c’est au tour des Etats-Unis de se pencher sur la question. En effet, la FTC (Federal Trade Commission), l’agence américaine chargée de la protection des consommateurs, a annoncé son intention de modifier une règle existante. Il s’agit plus précisément de celle qui interdit l’usurpation de l’identité d’entreprises ou d’agences gouvernementales.

Un vide juridique que la FTC cherche à combler

Aucune loi fédérale n’interdit clairement les deepfakes aux États-Unis. Les victimes peuvent théoriquement se tourner vers des recours juridiques plus traditionnels. Toutefois, les lois existantes sont souvent difficiles à appliquer, et ne couvrent pas tous les cas de figure.

En l’absence d’action du Congrès, certains États ont pris les devants et ont adopté des lois criminalisant les deepfakes. Notamment ceux qui relèvent de la pornographie non-consensuelle ou de la manipulation politique. Toutefois, ces lois sont encore limitées et disparates, et ne suffisent pas à endiguer le phénomène.

La FTC espère donc combler ce vide juridique avec sa règle révisée, qui vise à protéger tous les consommateurs de l’usurpation d’identité par l’IA. La règle, qui date de 2009, interdit déjà l’usurpation de l’identité d’entreprises ou d’agences gouvernementales. L’agence fédérale veut l’étendre à tous les individus, et y inclure les plateformes GenAI qui facilitent la création de deepfakes. La FTC invite le public à commenter sa proposition jusqu’au 15 mars 2024.

La règle révisée, qui est soumise à consultation publique, pourrait également rendre illégal pour une plateforme GenAI, la fourniture d’outils d’IA pouvant nuire aux consommateurs par le biais de l’usurpation d’identité. La FTC espère ainsi renforcer sa boîte à outils pour lutter contre les escroqueries fondées sur l’IA, qui se multiplient sur le web.

À LIRE ÉGALEMENT : La nouvelle règle de la FTC oblige les entreprises à la transparence sur les frais cachés !

Une menace croissante pour la sécurité et la démocratie

Les deepfakes sont devenus un phénomène inquiétant, qui peut avoir des conséquences graves pour la sécurité et la démocratie. Les fraudeurs utilisent des outils d’IA pour usurper l’identité de personnes avec une précision inquiétante et à une échelle beaucoup plus large, que ce soit pour extorquer de l’argent, diffuser de fausses informations, nuire à la réputation ou influencer les élections.

Il n’y a pas que les célébrités qui doivent s’inquiéter des deepfakes. Les citoyens ordinaires peuvent également être ciblés par des escroqueries amoureuses en ligne, des appels téléphoniques frauduleux ou des campagnes de désinformation. Selon des sondages, une large majorité d’Américains se dit préoccupée par la diffusion de deepfakes, et craint que les outils d’IA ne contribuent à augmenter la diffusion d’informations fausses et trompeuses.

Source

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.