La fusée SLS de la NASA prendra son premier envol en 2022

La NASA vient d’annoncer que sa fusée massive de nouvelle génération volera pour la première fois en février 2022. Cette fusée, baptisée Space Launch System (SLS), effectuera un vol d’essai qui sera par la suite suivi d’autres tests. Le but étant qu’à terme, la NASA puisse enfin renvoyer des gens sur la Lune.

Pour information, les ingénieurs de la NASA viennent de finir d’empiler le SLS à l’intérieur de l’immense hangar de la NASA au Kennedy Space Center en Floride. La fusée fait 98 mètres de hauteur et à son sommet se trouve la capsule d’équipage Orion de la NASA, qui est le nouveau vaisseau spatial censé transporter des personnes dans l’espace dans un futur proche.

Crédits Pixabay

Mais pour ce premier vol d’essai, personne n’embarquera à bord de la capsule d’Orion durant son voyage de quatre à six semaines autour de la Lune.

Tout repose sur le succès de ce premier vol

Ce premier vol de SLS portera le nom d’ « Artemis I », car il sera le premier vol majeur du programme Artemis de la NASA. Si ce vol d’essai se déroule bien, le prochain vol du SLS et d’Orion sera baptisé « Artemis II ». Et c’est lors de ce second vol que des astronautes de la NASA embarqueront à bord du vaisseau spatial et effectueront une trajectoire autour de la Lune.

Si tout se déroule comme prévu, le programme Artemis verra l’atterrissage de la première femme et de la première personne de couleur à la surface de la Lune, rapporte The Verge. Le responsable du programme SLS, John Honeycutt, a déclaré lors d’une conférence de presse :

Je ne pourrais pas être plus fier de l’équipe qui nous a emmenés là où nous en sommes aujourd’hui. Malgré les multiples défis auxquels nous avons été confrontés avec le Covid et les tempêtes majeures et les impacts qui ont eu sur nos installations d’essai.

La NASA maintient l’échéance de 2024

Pour rappel, le vice-président Mike Pence, sous l’administration Trump, a mis la NASA au défi de faire revenir des humains sur la Lune dès 2024. Néanmoins, ce calendrier a été remis en cause à plusieurs reprises à cause des retards et de la complexité de la mission.

Malgré tout, la NASA n’a pas encore fait une croix sur l’objectif de 2024 même après le changement de gouvernement. Comme l’a déclaré l’administrateur de la NASA, Bill Nelson, « c’est un étirement, c’est un défi, mais le calendrier est 2024 ».