La future règlementation de l’Union Européenne risque d’être particulièrement amère pour Apple

Le secteur de la technologie est un secteur opposant les entreprises technologiques entre elles. Cependant, les Big Tech ont le monopole du marché, ne laissant ainsi aucune place aux petites entreprises. C’est pour cela que l’Union Européenne ne cesse de traiter des cas de problèmes d’antitrust depuis des années maintenant.

Pour éviter de traiter ces problèmes au cas par cas, l’Union Européenne a proposé une nouvelle loi concernant la compétitivité dans le monde de la technologie. Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la concurrence, a pointé le mois d’octobre comme étant le mois de l’entrée en vigueur de la Digital Market Act ou DMA. Cette loi n’a pas encore été adoptée pour cause de non-vérification et de finalisation de la langue et d’approbation du Parlement et du Conseil.

Apple
©hanohiki/123RF.COM

Des réformes radicales sur les problèmes systémiques de l’ensemble du marché numérique

La nouvelle législation est un ensemble d’une vingtaine de règles qui s’appliquera à une catégorie bien définie d’entreprises. Entre autres, l’entreprise devra être une plateforme d’applications ou bien de réseaux sociaux, avoir au moins 45 millions d’utilisateurs et une capitalisation boursière de plus de 75 milliards d’euros.

Elle vise les plus grands de l’industrie technologique tels que Meta, Google, Microsoft, Amazon ou Apple, mais également les petites entités comme Booking. En cas de non-respect, de sévères sanctions s’abattront sur ces entreprises. Il s’agit principalement de lourdes amendes, mais aussi d’interdiction d’acquisition d’autres sociétés pendant une période déterminée si les infractions sont effectuées de façon systématique.

Les soucis d’Apple face à la DMA

Les grandes entreprises seront alors dans l’obligation de traiter de la même façon leurs propres services et ceux des autres entreprises. Elles ne pourront désormais plus exploiter les données sur leur propre site pour réduire à néant la concurrence. De plus, elles devront autoriser le recours à d’autres produits, c’est-à-dire que l’utilisateur choisira ses logiciels comme les navigateurs ou bien les applications musicales. Il n’y aura plus de place pour les logiciels imposés.

C’est justement ce qui préoccupe le plus Apple. Les produits de la célèbre marque ont la particularité d’avoir leur propre propriété intellectuelle, c’est ce qui les caractérise. La société a beaucoup investi pour parfaire cette marque de fabrique. Elle devra entre autres permettre à ses concurrents petits ou grands d’avoir accès à sa plateforme. Cette nouvelle loi sur les marchés numériques a de grandes chances de léser Apple.

Source

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.