La glace aidera les générations futures à se souvenir du Covid-19

Vous l’ignorez peut-être, mais on peut en apprendre beaucoup sur l’histoire de notre planète en étudiant la glace. Dans certaines régions du globe, les glaciers sont restés intacts durant plusieurs siècles et ont gardé des traces des événements marquants vécus par les générations qui se sont succédées au fil du temps.

Au cours de leur carrière, le professeur Lonnie Thompson, de l’Ohio State University, et sa femme Ellen Mosley-Thompson, professeur de géographie, se sont spécialisés dans l’étude de la glace. Face à la pandémie qui touche le monde actuellement, ils se sont penchés sur le cas du Covid-19.

Crédits Pixabay

A en croire ces scientifiques, le Coronavirus pourrait laisser des traces dans la glace pour les générations futures.

Une période de l’histoire qui laissera sa marque dans la glace

Dans certaines régions du globe, comme le Groenland, la glace ne fond pas et s’accumule à de hautes altitudes. Au fil des ans, la glace garde des traces physiques, chimiques et biologiques des différentes périodes que la Terre ait connues.

Lonnie Thompson et Ellen Mosley-Thompson croient que la période que nous vivons actuellement laissera aussi sa marque dans la glace pour les générations futures.

« Ces éléments seront piégés dans la glace et préservés. Cela signifie que d’ici 100 ou 200 ans, la glace montrera tout ce qui se trouve dans l’atmosphère actuellement et dira aux générations futures ce qu’il s’est passé. »

Des découvertes qui se basent sur les études de carottes de glace

Depuis le début de la pandémie, les scientifiques ont noté de nombreux changements dans l’atmosphère. Les niveaux de dioxyde de soufre et de dioxyde d’azote ont considérablement chuté. D’après Lonnie Thompson, les niveaux de nitrate et de sulfate qui seront retrouvés dans la glace dans le futur feront état de tous ces changements.

Pour en apprendre plus sur l’histoire de notre planète, les chercheurs ont pour habitude d’effectuer des prélèvements de carottes de glace. Néanmoins, comme le souligne Lonnie Thompson, cela « suppose que les glaciers continueront d’existe à l’avenir. »

En tout cas, cette technique a déjà fait ses preuves par le passé. Par exemple, des échantillons de glace ont gardé des traces de la peste noire ou encore de la révolution industrielle qui a eu lieu à la fin des années 1700.

Mots-clés CoronavirusCovid-19