La grogne du blogueur…

C’est amusant mais plus le temps passe et plus je reçois des mails. Souvent, pour me complimenter, pour me féliciter de mon travail, de la pertinence de mes billets et, on s’y attend un peu, pour me présenter un service web et me demander mon opinion sur le sujet. Autant le préciser, cela ne me dérange pas : j’aime découvrir de nouvelles choses, j’aime écrire et si en plus je peux donner un petit coup de pouce, alors c’est parfait.

Seulement, mon intégrité me joue souvent des tours. Ainsi que mon mauvais caractère. Ceux qui me connaissent le savent, je ne suis pas quelqu’un de diplomate. Lorsque quelque chose me fait plaisir, je le dis. Lorsque ce n’est pas le cas, je le dis aussi. Et il en va naturellement de même pour ce que je publie sur ce blog depuis un tout petit peu plus d’un an maintenant.

Evidemment, ce franc parler ne plaît pas à tout le monde. Ce qu’on peut facilement comprendre. Alors, il arrive parfois que l’un des entrepreneurs dont j’ai évoqué le service dans un de mes billets me contacte afin de me faire des suggestions ou, pire, des récriminations. Ce qui est d’ailleurs plutôt drôle, compte tenu du fait que ce sont souvent ces mêmes entrepreneurs qui m’ont complimenté lorsqu’ils ont eu besoin de m’utiliser pour leur promotion.

Donc, on m’engueule. Parfois, on me demande juste de modifier certains passages. A d’autres moments, c’est l’illustration du billet qui ne va pas et on me demande d’insérer une capture qui mette un peu plus le produit présenté en valeur. Et puis, c’est plus rare heureusement, il arrive qu’on en vienne à me menacer de poursuites si je ne me montre pas plus complaisant. Jusqu’à présent, ça m’est arrivé deux fois, deux fois de trop.

Parce que voilà, le blogueur n’est pas un journaliste. Non, il n’a pas derrière lui un rédacteur en chef, il n’a pas non plus une structure juridique capable de le défendre. Et nous le savons bien, il est sans doute aussi difficile de s’improviser avocat qu’informaticien. L’expertise ne s’invente pas et, face à un avocat, il n’est pas toujours facile de se défendre correctement et de faire entendre son point de vue. D’ailleurs, c’est exactement la même chose lorsqu’on doit se rendre chez un garagiste.

Et c’est précisément sur ce point que nous sommes tous pris pour des imbéciles.

En effet, on nous contacte pour faire de la promotion. Après tout, les blogs sont de plus en plus lus, il n’est pas rare qu’ils le soient même plus que les magazines spécialisés eux-mêmes. Dans ce contexte, nos plumes valent de l’or et les entrepreneurs l’ont bien compris. Pouvoir faire sa promotion sans débourser de brouzoufs, c’est assez rare de nos jours et ils seraient finalement bien bêtes de s’en priver.

Seulement voilà, lorsqu’on demande à quelqu’un de tester un service, cela veut dire qu’on est prêt à tout entendre. C’est un peu la même idée que lorsque vous envoyez votre bouquin à des éditeurs pour essayer d’être publié. Soit ça passe, soit ça casse mais dans tous les cas il faut en assumer les conséquences. Ou bien alors, on n’envoie rien et on continue à vivre de ses rêves.

Mais non, les blogueurs doivent parler des services qu’on leur présente (sinon ils sont méchants) et ils doivent en plus en dire du bien (sinon on leur envoie des lettres recommandées). Tout passionnés qu’ils soient, ils n’ont pas à faire preuve d’esprit critique. Sûrement pas, même. Non, leur rôle, c’est juste de diffuser ce qu’on a envie de montrer et, pour le reste, ils n’ont qu’à fermer leur gueule.

Vous le comprendrez certainement, ce type de comportement m’agace au plus haut point. Cela m’agace parce que, de mon point de vue, je ne suis qu’un internaute parfaitement banal qui a envie de parler de son quotidien, de ses découvertes et de les partager avec l’ensemble de la communauté. Un esprit parfaitement faillible, subjectif, qui a choisi de mettre sa plume au service du plus grand nombre et de dire ce qu’il pense, en toute transparence.

Alors, je souhaite être parfaitement clair : lorsque vous me contacterez par mail pour me faire découvrir en avant première votre super service révolutionnaire, lorsque vous viendrez me voir pour solliciter mon opinion sur un produit ou un service, vous en assumerez toutes les conséquences. Si votre produit me plaît, j’en dirais du bien. S’il ne me plait pas, j’en dirais du mal. Et si vous craignez la critique, si vous n’admettez pas que l’on puisse remettre en cause votre initiative, alors abstenez-vous.

Et puis surtout, arrêtez de croire que les blogueurs sont des vaches à lait et qu’on peut les traire en toute impunité.