La Lune a peut-être abrité une forme de vie extraterrestres selon deux chercheurs

La Lune fascine les poètes et les chercheurs depuis plusieurs siècles maintenant, et ce n’est visiblement pas près de changer. Deux chercheurs planétaires viennent en effet de signer une nouvelle étude très intéressante, une étude disant en substance que notre satellite aurait tout à fait pu être en mesure d’accueillir la vie autrefois.

La Lune n’est certainement pas le meilleur endroit où passer ses vacances. Notre satellite a en effet une atmosphère très ténue et il est en plus doté d’un champ magnétique extrêmement faible.

Lune Clignote

Pour ne rien arranger, la face exposée à notre étoile baigne dans des températures caniculaires atteignant en moyenne les 100 °C.

La Lune, un endroit peu favorable à la vie

Quant à la face située dans l’ombre, elle plafonne autour des – 175°C.

Pour ne rien arranger, la Lune est également très exposée aux astéroïdes et la poussière recouvrant sa surface peut s’avérer toxique pour notre espèce. L’ESA a même décidé de consacrer une étude complète à ce phénomène, un phénomène qualifié de “fièvre lunaire”.

Dans ce contexte, et n’en déplaise à certains ufologues, on imagine mal notre satellite pouvoir soutenir une quelconque forme de vie.

Dirk Schulze-Makuch et Ian Crawford, des astrobiologistes travaillant respectivement pour la Washington State University et l’Université de Londres, n’en sont pas tout à fait certains cependant.

En effet, dans leur dernière étude, les deux scientifiques soutiennent que la Lune a potentiellement pu proposer des conditions favorables à l’apparition de la vie dans son lointain passé.

Il y a environ 3,5 milliards d’années, notre satellite aurait en effet connu un pic d’activité volcanique important. À cette époque, les volcans de la Lune ont craché de grandes quantités de gaz brûlant ainsi que de l’eau.

Des pics d’activités recensés dans le lointain passé du satellite

Dans ce contexte, les deux astrobiologistes pensent qu’une atmosphère plus dense aurait parfaitement pu se former pendant une longue période. Suffisamment pour permettre à des formes de vie de se développer.

Encore plus fascinant, des conditions similaires auraient également pu être réunies il y a quatre milliards d’années. D’autant que le système solaire était à l’époque frappé par de nombreuses météorites, des météorites susceptibles de transporter les ingrédients indispensables à la formation d’une vie microbienne.

Dans ce contexte, les deux hommes espèrent que les agences spatiales mondiales entreprendront dans un avenir proche un programme d’exploration lunaire plus poussé que les précédents. Ils pensent en effet que des traces de ces formes de vie subsistent peut-être encore dans les différentes strates composant la surface de notre satellite.