La Lune de Sang, ce sera pour demain

Ce vendredi 27 juillet, à partir de 21 h 30, on pourra assister à la plus longue éclipse du 21e siècle. Il agira d’une éclipse lunaire totale durant laquelle le Soleil, la Lune, la Terre et Mars s’aligneront. L’événement durera 1h42’57”, soit 103 minutes. Rappelons que la France n’a pas assisté à une éclipse totale depuis 2011. Pour cette fois, la sublime rencontre astrale sera nettement visible depuis la France métropolitaine, surtout dans le sud.

Notons qu’à la différence d’une éclipse solaire totale, une éclipse lunaire totale prend généralement la couleur rouge, car la Lune passe par la zone d’ombre terrestre. En d’autres termes, la lumière solaire diffusée par l’atmosphère terrestre est projetée sur la Lune. Ce phénomène astronomique est appelé « Lune rousse ».

Lune rousse

L’île de la Réunion sera l’endroit idéal pour assister à l’événement.

Les rayons solaires seront réfractés par l’atmosphère terrestre

« Si vous étiez à la surface de la Lune durant une éclipse lunaire, vous verriez le Soleil se coucher et se lever derrière la Terre », a affirmé David Diner, planétologue au JPL (NASA). « Vous observeriez la réfraction et la dispersion des rayons solaires par l’atmosphère terrestre ».

L’expert a souligné que la couleur peut varier entre brun, carmin, grenat, orange, etc.  « La présence de poussière et de pollution dans la basse atmosphère a tendance à atténuer les couleurs du Soleil levant et couchant, tandis que des particules fines de fumée ou des microaérosols relargués en altitude lors d’éruptions volcaniques ont tendance à intensifier les couleurs et approfondir l’aspect rougeâtre du Soleil », a-t-il expliqué.

L’événement astronomique du siècle

La raison pour laquelle l’éclipse durera aussi longtemps est que la Lune sera poche de son apogée, c’est-à-dire que le point qui est le plus éloigné du centre de la Terre.

Si le ciel est dégagé, la rencontre des quatre astres pourra être contemplée depuis l’Afrique de l’Est, le Moyen-Orient, l’ouest de l’Australie et l’Asie Centrale. Les scientifiques basés en Antarctique pourront également l’observer en intégralité.

L’Europe, l’Asie de l’Est, l’Australie, l’Indonésie pourraient avoir une vue partielle de l’événement du siècle.