La Lune est en train de rouiller

Astronome amateur, vous pensez tout connaître de la Lune ? Vous serez pourtant surpris d’apprendre que le satellite terrestre serait en train de rouiller ! Il s’agit d’une étonnante découverte réalisée par le Pr Shuai Li, scientifique planétaire à l’Université d’Hawaï à Manoa.

Dans un article récemment publié dans la revue Science Advances, Shuai Li a mis à jour la présence d’hématite sur la surface lunaire. Il s’agit d’une forme oxydée de fer qui ne devrait normalement pas exister sur la Lune dont l’environnement ne contient presque pas d’air et d’eau liquide.

crédits unsplash

Or ces deux éléments sont justement ce qu’il faut pour que la rouille se développe quelque part… mais alors comment un tel phénomène peut-il se produire sur la Lune ?

Une découverte vraiment déroutante

Shuai Li et ses collègues chercheurs ont découvert les traces de rouilles sur la Lune, alors qu’ils essayaient de cartographier ses différentes zones d’eau gelée via les données récoltées par le satellite indien Chandrayaan-1. Ils ont constaté que l’eau gelée dans les pôles lunaires n’avait pas la même composition que celles des autres zones, car elle contient des traces de fer oxydé.

Pour Li, cette « rouille lunaire » est une découverte très déroutante, étant donné l’absence d’air et d’eau liquide sur le satellite. À cela s’ajoutent les vents solaires qui soufflent sur la Lune et y apportent d’importantes quantités d’hydrogène… connu pour empêcher la formation de la rouille.

À lire aussi : Cela fait 10 ans qu’on envoie des signaux vers la Lune et on vient d’en récupérer un

Une possible explication au phénomène

Ces traces de rouille sur la Lune ont été un véritable casse-tête pour Shuai Li et ses collègues, mais à force de creuser, ils ont fini par remarquer un détail intéressant : le fait que l’hématite se trouve principalement du côté de la Lune qui fait toujours face à la Terre. Ce détail pourrait alors suggérer un lien entre la formation de la rouille lunaire et notre chère planète bleue.

Li en est en tout cas fermement convaincu : « cela m’a rappelé une découverte de la mission japonaise Kaguya selon laquelle l’oxygène de la haute atmosphère terrestre peut être soufflé vers la surface lunaire par le vent solaire lorsque la Lune est dans la magnétotail de la Terre. Ainsi, l’oxygène atmosphérique de la Terre pourrait être le principal oxydant pour produire de l’hématite. »

Il s’agit d’une hypothèse intéressante, mais qui possède encore des zones d’ombre. Comme l’explique Li : « l’hématite n’est pas absolument absente de l’autre côté de la Lune où l’oxygène de la Terre n’a peut-être jamais atteint, bien que beaucoup moins d’expositions aient été observées ».

La découverte n’en reste pas moins passionnante ! Pour Shuai Li et ses collègues, elle pourrait en effet complètement remodeler les connaissances sur les régions polaires de la Lune : « la Terre a peut-être joué un rôle important dans l’évolution de la surface lunaire. »

À lire aussi : Sur la Lune, les tunnels de lave sont assez grands pour accueillir des cités entières

Mots-clés lune