La magnitude de Bételgeuse continue de diminuer et cela inquiète les astronomes

Lorsque la vie d’une étoile touche à sa fin, elle devient une supernova. Mais avant d’exploser, sa magnitude va progressivement diminuer jusqu’à ce que les combustibles qui la maintiennent en vie soient épuisés. De ce fait, les astronomes s’inquiètent pour Bételgeuse (constellation d’Orion), dont la magnitude ne cesse de diminuer.

L’assombrissement de cette supergéante rouge indique qu’elle se meurt. Cependant, si c’est vraiment le cas, ce processus ne devrait pas se produire avant des dizaines de milliers d’années pour Bételgeuse.

Crédits Pixabay

Cette détérioration de l’intensité lumineuse émise par Bételgeuse a été observée pour la première fois par Edward Guinan et Richard Wasatonic, deux astronomes de l’Université de Villanova. Les deux compères ont d’ailleurs récemment publié les résultats de leur étude dans The Astronomer’s Telegram.

Une rare fluctuation de la luminosité imprévisible

D’après les observations effectuées par Guinan et Wasatonic, le taux de variation de la luminosité de Bételgeuse est en baisse, donc cette étoile s’assombrit. Devenue une supergéante il  a environ 40 000 ans, cette étoile a quitté la séquence principale depuis environ 1 million d’années et est maintenant classée en SN II. Sa teneur en hydrogène est suffisante pour qu’elle explose en supernova.

La lumière qu’elle diffuse est variable vu que Bételgeuse est une étoile semi-régulière. Elle dispose de 3 cycles, dont le premier est d’environ 420 jours, le deuxième aux alentours de cinq et six années. Quant au dernier, il tourne aux alentours de 100 et 180 jours. Cependant, le fait que Guinan et Wasatonic ont rapporté peut être classé parmi ses rares fluctuations imprévisibles.

Bételgeuse a été sous surveillance depuis 180 ans. Cependant, l’American Association of Variable Star Observers (AAVSO) ne s’y est vraiment intéressé de plus près qu’à partir de 1920. Par la suite, l’équipe d’astronomes de l’Université de Villanova n’a commencé à mesurer régulièrement la luminosité de Bételgeuse par le biais de la photométrie que depuis 40 ans environ.

Une accumulation de gaz dissimulant sa lumière ?

Depuis le mois de septembre de l’année dernière, la température de cette étoile supergéante rouge a baissé de 100 Kelvins selon les astronomes. L’intensité de sa lumière aurait également baissé de 25 % durant cette même période tandis que le son rayon a augmenté de 9 %.

Cette altération de la magnitude pourrait bien ne pas être le fait de l’étoile en elle-même, mais le résultat de sa consommation de combustibles, entraînant l’accumulation d’un nuage de gaz dissimulant sa lumière. En tout cas, ce qui est sûr, c’est que lorsque Bételgeuse explosera en supernova à l’instar de SN 185 et SN 1604, ce sera un magnifique spectacle dans le ciel, mais on devrait encore attendre très longtemps avant d’assister à un tel spectacle.

A noter que des observations récentes ont révélé que la luminosité de l’étoile était en train de repartir à la hausse. On ignore en revanche si cette tendance va se poursuivre ou si elle n’est que passagère.

Mots-clés astronomie