La méthode d’attaque coordonnée des araignées enfin expliquée

Mauvaise nouvelle pour les arachnophobes, il semble que certaines espèces d’araignées soient de redoutables prédatrices. Si nous étions jusqu’ici habitués à voir des araignées vivre en solitaire, il faut savoir que sur les 50.000 espèces d’araignées connues, 20 d’entre elles vivent en colonies. Le plus impressionnant, c’est que cette petite population se coordonne pour chasser en groupe.

Parmi ces espèces pratiquant la chasse en équipe, il y en a une dénommée Anelosimus eximius. Une colonie de cette espèce peut être constituée d’environ 1000 individus, et ils vivent tous sur une grande toile mesurant plusieurs mètres. Ces araignées sont particulièrement dangereuses car lorsqu’une proie tombe dans leur toile, elles se coordonnent et attaquent leur cible avec une efficacité et une précision redoutable. Cela leur permet de neutraliser des proies qu’elles ne pourraient pas attraper en solitaire. C’est justement cette synchronisation que des chercheurs ont pu analyser.

Colonie A. eximius
Crédits Raphaël Jeanson/CNRS

Raphael Jeanson, un chercheur spécialiste des arachnides au Centre de Recherches sur la Cognition Animale (CRCA) à Toulouse, a mené l’étude qui a permis d’en savoir un peu plus sur le secret derrière cette impressionnante stratégie de chasse.

Le secret réside dans la vibration

Pour comprendre la méthode de chasse utilisée par Anelosimus eximius, les chercheurs ont à la fois analysé ce qui se passait sur le terrain et utilisé des simulations informatiques. Ils ont placé sur la toile une mouche morte collée au bout d’un générateur de vibrations. Ils ont constaté que le comportement de chasse était déclenché par les mouvements de détresse de la proie. Il semblerait que les attaques soient presque entièrement coordonnées par les vibrations exercées sur la toile commune.

 Selon Jeanson, il n’y a pas de meneur, les araignées reçoivent la même information en même temps et coordonnent leur attaque en direction de la proie.

Bien sentir ce qui se passe avec la proie

Jeanson rapporte qu’au bout d’un moment, au cours de l’attaque, les araignées s’arrêtent. L’attaque s’effectue en effet en deux temps. Après avoir reçu le signal causé par la vibration exercée par la proie en difficulté, les araignées commencent leur approche. Mais à un certain moment, elles s’arrêtent pendant quelques millisecondes pour réécouter les vibrations de la proie avant de reprendre leur avancée.

D’après les scientifiques, chaque pas effectué par une araignée produit un bruit, et toute la colonie convergeant vers un même point va donc brouiller le signal provenant de la proie prise au piège. Ainsi, les araignées s’arrêtent pour « écouter » la proie afin de s’assurer qu’elles se dirigent dans la bonne direction. Selon les chercheurs, plus la proie est silencieuse, plus il leur est difficile de coordonner leurs points d’arrêt et de départ. Si au contraire, la proie vibrait plus intensément, les araignées n’auraient pas besoin de s’arrêter pour écouter, et seraient moins synchrones.

SOURCE: Sciencealert

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.