La moitié des célèbres cabines rouges britanniques supprimée

Un célèbre élément du paysage britannique ne sera bientôt plus qu’un souvenir. En effet, British Telecom a annoncé le démantèlement de la moitié des fameuses cabines téléphoniques rouges, emblématiques au Royaume-Uni.

Économie et obsolescence obligent, la compagnie téléphonique a pris cette mesure, avant une disparition annoncée.

Souvent retrouvées sur les cartes postales, elles seront désormais beaucoup moins faciles à dénicher sur le territoire britannique.

Un des objets cultes britanniques

Célèbres au même titre que les bus à étage ou les taxis londoniens, les cabines téléphoniques rouges britanniques ne seront bientôt plus qu’un souvenir et 50% d’entre elles disparaîtront du paysage urbain.

C’est un élément caractéristique du paysage et du culte britannique qui sera désormais plus difficile à dénicher. C’est d’ailleurs un des clichés typiques ramenés par les touristes des quatre coins du monde.

Cette institution historique est désormais menacée. Tout comme Orange en France, et même si la cabine française est moins célèbre, l’opérateur British Telecom, concurrencé par les téléphones portables et le web, est contraint de faire des économies.

Pour cela, la société va supprimer la moitié des cabines et diviser par deux son offre de « red phone boxes » dans les cinq prochaines années. Il restera tout de même, environ 20 000 cabines en 2022 sur le territoire.

Une difficile résistance face aux nouvelles technologies

Chaque année, l’entretien de ce symbole coûte la bagatelle de 6 millions de livres à British Telecom, soit environ 6,6 millions d’euros selon la BBC. De quoi diviser par deux ce chiffre en cinq ans. Ce chiffre contient une grande part de nettoyages de graffitis. Environ un tiers des cabines ne sont plus utilisées, et les appels ont logiquement chuté de 90% en dix ans.

Il est dans un sens incroyable de voir la résistance de la célèbre cabine à notre ère connectée, due, en grande partie à son aura et son existence même. Les nostalgiques peuvent se rassurer, les cabines supprimées vont être vendues, ils auront ainsi la possibilité d’en acquérir une, ou plusieurs.

Les règles de retrait du service sont strictes. Une cabine ne peut être enlevée uniquement si une autre se trouve dans un rayon de 400 mètres. Cela doit s’effectuer avec l’accord des autorités publiques. Elles peuvent ensuite être mises à la vente.

De quoi en faire un réel objet de collection, de valeur, et agrémenter la décoration de certains lieux à travers le monde. Certaines ont été achetées par des localités pour seulement 1 livre selon Les Echos. Et 1800 cabines ont déjà été achetées pour devenir éléments d’épiceries, galeries d’exposition ou support publicitaire. Et vous, prêt à en acheter une ?