La NASA a détecté deux tremblements de Mars

Contrairement à ce que certains pourraient penser, la Terre n’est pas la seule planète où il y a des séismes. Comme nous le révèlent les récentes découvertes de la NASA, Mars est aussi le théâtre de tremblements. Depuis l’arrivée de la sonde Insight sur la Planète rouge en 2018, l’agence spatiale américaine a détecté plusieurs séismes.

Les deux premières avaient des magnitudes 3,6 et 3,5. Les deux dernières ont été enregistrées les 7 et 18 mars 2021. Elles avaient des magnitudes de 3,3 et 3,1. Les données obtenues par Insight suggèrent que ces tremblements proviennent de la fosse Cerberus. Les premiers séismes détectés par la NASA étaient localisés dans la même région.

Crédits Pixabay

Au total, Insight a enregistré 500 tremblements de Mars. Ces quatre ont toutefois attiré l’attention de la NASA en raison de la clarté de leur signal.

Des séismes similaires à ceux que nous avons sur Terre

Taichi Kawamura, sismographe au sein de l’Institut de physique du globe de Paris, a rapporté l’existence de deux types de séismes sur Mars. D’après lui, certains ressemblent aux tremblements détectés sur la Lune. D’autres sont similaires à ceux que nous avons sur Terre. Apparemment, toutes les secousses enregistrées dans la fosse Cerberus entrent dans cette deuxième catégorie.

Les chercheurs ont indiqué que les tremblements de Mars étaient causés par l’activité de ses régions volcaniques. Contrairement à la Terre, la Planète rouge ne possède pas de plaques tectoniques. L’étude de ces secousses devrait permettre d’en apprendre plus sur le manteau et la croûte de Mars.

Des conditions propices à l’observation

En se basant sur les données fournies par Insight, les chercheurs du Jet Propulsion Laboratory (JPL) ont avancé l’hypothèse selon laquelle la croûte martienne serait « un mélange de la croûte de la Terre et de celle de la Lune. » Des études plus approfondies sont encore nécessaires pour confirmer cette théorie.

La détection de ces nouvelles secousses n’a pas été une mince affaire. Le sismomètre qui équipe la sonde est en effet très sensible. Les vents martiens peuvent causer assez de vibrations pour éclipser certains tremblements. Pour ce faire, les chercheurs ont choisi d’enregistrer les secousses durant l’été martien. À cette période, les vents sont connus pour être plus calmes. C’est ce qui leur a permis de détecter ces deux nouveaux tremblements.

« C’est formidable d’observer une nouvelle fois des tremblements de Mars après une si longue période à enregistrer le bruit des vents », John Clinton, sismologue au sein de l’ETH Zurich,  

Mots-clés marsNASA