La NASA a lancé un satellite pour étudier la zone où la Terre rencontre l’espace

La NASA vient de lancer un satellite dans le but d’explorer l’ionosphère, une partie mystérieuse de l’atmosphère terrestre au bord de l’espace.

Le satellite se nomme Icon, et il aura pour mission d’explorer cette frontière de la Terre et de l’espace, là où les énergies provenant de chaque côté se croisent pour affecter tout, des missions d’astronautes aux communications radio et GPS. Le satellite a été mis en orbite depuis un avion survolant l’océan Atlantique au large des côtes de l’État de Floride.

Crédits Pixabay

À la frontière entre l’atmosphère terrestre et l’espace

Le satellite Icon, pour Ionospheric Connection Explorer, transmettra des données sensées aider les scientifiques à comprendre les « processus physiques à l’œuvre là où l’atmosphère de la Terre interagit avec l’espace proche de la Terre », a déclaré la NASA. Selon les résultats de recherches menées par des scientifiques de la NASA, cette région « proche de l’espace » serait en constante mutation sous l’effet des tempêtes solaires en amont et de la météo en dessous.

La NASA décrit l’ionosphère comme une couche fluctuante d’électrons et d’atomes et de molécules chargés située à une altitude de 48 km au-dessus de la surface de la Terre, et qui s’étend jusqu’à 965 km au-dessus du sol, à la lisière de l’espace. « Cette région dynamique croît et diminue en fonction des conditions solaires », indique l’agence spatiale.

Meilleures communications et missions spatiales

Maintenant qu’il est en orbite, le satellite Icon va commencer à transmettre des données destinées à aider les scientifiques à comprendre les processus physiques à l’œuvre dans l’ionosphère. « Cette couche protégée, c’est le sommet de notre atmosphère. C’est notre frontière avec l’espace », explique Nicola Fox, directeur de la division d’héliophysique de la NASA, ajoutant que l’ionosphère était perturbée par l’énergie provenant de phénomènes météorologiques extrêmes tels que les ouragans, de même que par les tempêtes solaires.

Selon la NASA, les particules d’électrons dans l’ionosphère réfléchissent normalement les ondes radio vers le sol, ce qui permet les communications radio à longue distance. Cependant, les fluctuations des niveaux d’électrons peuvent « éventuellement entraîner l’échec des communications radio, réduire la précision des systèmes GPS, endommager les satellites et endommager les réseaux électriques ». En analysant plus directement l’impact des tempêtes solaires sur la Terre, le satellite Icon aidera ainsi à améliorer les missions des astronautes, mais aussi les communications radio et les systèmes de navigation GPS.

L’administrateur de la NASA, Jim Bridenstine, a ainsi affirmé dans un tweet que la mission fournirait un « soutien essentiel » aux astronautes lors de futures missions, y compris un possible retour sur la Lune.

Mots-clés espaceterre