La NASA a peut-être trouvé l’emplacement idéal de notre future colonie lunaire

Selon une nouvelle étude, de petites fosses dans un grand cratère situé au pôle Nord de la Lune pourraient être des « puits de lumière » menant à un réseau souterrain de tunnels de lave, qui pourraient contenir de l’eau cachée. Les tunnels ne contiennent plus de lave volcanique, mais c’est comme ça qu’ils se sont formés par le passé à l’origine de la Lune.

Ces tunnels pourraient indiquer un accès facile à une source d’eau si jamais nous décidons d’installer une colonie sur la Lune dans le futur.

L’eau lunaire peut être plus accessible que prévu

Malgré l’apparence sèche et poussiéreuse de la Lune, les scientifiques pensent qu’elle contient beaucoup d’eau piégée sous forme de glace. Grâce à ces nouvelles observations réalisées par la sonde spatiale de la NASA, Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO), on sait maintenant que cette eau gelée pourrait être beaucoup plus accessible que nous le pensions.

“Les images très haute résolution disponibles du cratère lunaire Philolaus ne permettent pas d’identifier les puits comme des puits de lumière avec certitude, mais ce sont de bons candidats si on considère simultanément leur taille, leur forme, leurs conditions d’éclairage et leurs caractéristiques géologiques”, affirme le chercheur à l’origine de l’étude, le scientifique planétaire Pascal Lee de l’Institut SETI.

Une région de la lune qui pourrait accueillir une colonie

Le cratère en question fait environ 70 kilomètres de long, et si vous voulez bien sortir vos cartes de la Lune, les nouvelles fosses ont été repérées à environ 550 kilomètres du pôle Nord de la Lune, du côté qui fait face à la Terre. Les fosses elles-mêmes mesurent entre 15 et 30 mètres de diamètre et les scientifiques pensent qu’elles permettent d’atteindre les tubes de lave qui sillonnent le cratère.

Ce ne sont pas les premières fosses à être repérées, mais elles sont les premières à être vues dans les régions polaires de la Lune, près de l’endroit où la glace peut être enterrée. Non seulement les puits de lumière naturelle comme ceux-ci fourniraient un accès plus facile à la glace souterraine, mais cela signifierait aussi que l’énergie solaire pourrait de nouveau revenir sur la table des idées. Mais il faudra prévoir un long et laborieux travail d’extraction de l’eau du sol de la Lune.

Mots-clés luneNASA