La NASA a prélevé un petit morceau de l’astéroïde Bennu !

Quatre années après son lancement la sonde spatiale OSIRIS-Rex a enfin accompli son objectif ! Avant d’en arriver là, l’engin de Nayi Castro et son équipe a accompli un travail difficile et de longue haleine. En tout, ce projet aura déjà duré plus de 12 ans.

En réalité cet évènement est l’aboutissement d’une longue et difficile préparation. Cette étape cruciale s’est déroulée en trois phases. Pour l’agence spatiale américaine, cette mission d’échantillonnage est une première. Le risque d’un échec reste par conséquent assez grand.

Les scientifiques ont découvert que l'astéroïde Itokawa contient bien de l'eau
Crédits Pixabay

Néanmoins, l’équipe en charge du projet s’est parée à toutes les éventualités. 

OSIRIS-Rex voit le bout du tunnel

La NASA a envoyé sa sonde OSIRIS-Rex collecter un échantillon de l’astéroïde Bennu. Son atterrissage sur la surface de ce corps céleste a eu lieu ce mardi 20 octobre 2020. L’appareil a effectué une manœuvre appelée « touch-and-go » ou TAG, traduit littéralement en « toucher et partir ».

À noter que celui-ci n’a gravité autour de Bennu qu’en 2018. Il a ainsi mis deux ans avant d’atteindre l’astéroïde.

La NASA a de plus passé deux autres années encore par la suite à amasser des données sur son sujet d’étude pour éviter autant que possible les erreurs. Ses techniciens cherchaient le meilleur endroit pour le ramassage. Ayant hésité entre plusieurs emplacements, dont Sandpiper et Kingfisher, ils ont fini par opter finalement pour Nightingale. Celui-ci remplit tous les critères pour un bon prélèvement.

Le déroulement de l’échantillonnage

OSIRIS-Rex s’est servi d’un bras articulé TAG-SAM. Comme la sonde gravite autour de l’astéroïde à 330 millions de kilomètres de la Terre, il est impossible de la contrôler en temps réel. Ne disposant que de ressources limitées, la sonde n’a eu droit qu’à trois essais. Une commande met environ 20 minutes pour parvenir à celle-ci, les ingénieurs de la NASA ont tout fait pour avoir un bon timing.

La sonde ne s’est pas vraiment posée sur l’astéroïde, mais l’a survolé à quelques mètres : elle a ensuite tendu le bras et déversé de l’azote sur l’astéroïde. La poussière et les petites quantités de roches éjectées ont ensuite été collectées.

Le retour vers la Terre est estimé à vers fin septembre 2023 pour déposer l’échantillon. Remarque, aucune agence spatiale n’a encore réalisé ce genre de prélèvement auparavant. 

La dernière vidéo de la chaîne

Si vous aimez les produits tech, alors n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre chaîne YouTube.

Le dernier test publié sur la chaîne, le test des Reno4 et Reno 4 Pro de Oppo

La Fredzone est également sur Google Actualités, pensez à vous abonner à notre flux !