La NASA a recréé un « océan extraterrestre » pour tester un nouveau type de submersible

La NASA s’intéresse beaucoup à Titan, la principale lune de Saturne, et l’agence spatiale a même l’intention d’envoyer prochainement un submersible sur place afin d’explorer ses océans. Pour pouvoir tester ses premiers prototypes, elle a donc entrepris de recréer dans ses laboratoires un « océan extraterrestre ».

Titan est le plus grand satellite naturel de Saturne, et le deuxième plus grand dans le système solaire après Ganymède. A notre connaissance, il s’agit aussi du seul satellite à disposer d’une atmosphère dense.

Titan Vie

Découvert pour la première fois par Christian Huygens, un astronome hollandais, Titan a fait l’objet de nombreuses études poussées durant ces dernières décennies.

Titan, un satellite susceptible d’accueillir la vie ?

En 2004, la sonde Cassini-Huygens a survolé le corps et elle nous a permis de découvrir que la surface de la lune était principalement constituée de roche et d’eau gelée. Plus intéressant, en passant à proximité de ses pôles, elle a également repéré de gigantesques lacs d’hydrocarbures s’étendant sur plusieurs kilomètres à la ronde.

Cela n’a pas encore été prouvé, mais de nombreux chercheurs pensent aussi que la lune abrite un gigantesque océan souterrain, un océan susceptible d’abriter une forme de vie microbienne.

La semaine dernière, la NASA a même pu confirmer la présence de cyanure de vinyle dans son atmosphère, un composé organique pouvant être utilisé par des organismes primitifs pour créer des membranes cellulaires.

Toutefois, pour déterminer si Titan abrite une forme de vie quelconque, le seul moyen reste d’effectuer des prélèvements sur place.

La NASA en a pleinement conscience et c’est précisément ce qui l’a poussé à recréer en laboratoire un « océan » composé de méthane liquide et d’éthane, un « océan » se rapprochant ainsi des étendues d’eau présentes sur le satellite. Grâce à cette initiative, l’agence va en effet avoir la possibilité de tester des prototypes de sous-marins automatisés et s’assurer ainsi que ces derniers soient en mesure de résister aux conditions extrêmes de la lune.

Un « océan » pour tester des prototypes

Pour mener à bien cet étonnant projet, les responsables du projet ont choisi de se tourner vers le laboratoire cryogénique de l’Université d’État de Washington afin de concevoir et de construire une chambre d’essai adaptée. La tâche n’a évidemment pas été aisée et cela n’a rien d’étonnant, car les étendues d’eau présentes à la surface de Titan peuvent atteindre les -185 °C.

La NASA et l’Université d’État de Washington ont donc commencé par construire un réservoir capable de faire face à des températures extrêmement basses et les chercheurs l’ont ensuite rempli avec un mélange de méthane et d’éthane pressurisé à 60 lb/po2 afin de simuler les conditions présentes dans les océans de la lune et pouvoir mener leurs tests.

Il faut tout de même signaler que créer un sous-marin autonome capable d’évoluer dans des océans composés de méthane et d’éthane n’a rien d’une partie de plaisir. Comme le fait remarquer Tina Hilding dans son article, cet appareil devra en effet être capable de faire face à des variations de densité puisque la concentration de ces deux composés peut varier d’un endroit à l’autre, contrairement aux océans de notre planète qui bénéficient d’une densité homogène.

En outre, il ne faut pas seulement que ce sous-marin puisse se déplacer à travers les océans, il doit également être capable de filmer tout ce qui se passe autour de lui… dans un environnement extrêmement hostile.

Mots-clés espaceNASAtitan