La NASA a repéré une étrange lueur dans le ciel de Mars

Le 24 février dernier, la NASA a publié six articles concernant les résultats des recherches effectuées par l’atterrisseur InSight dans les revues scientifiques Nature Geoscience et Nature Communications.

Parmi les résultats, celui qui paraît le plus important dans le cadre de la mission d’InSight sur la surface martienne est le fait que les chercheurs ont pu confirmer que la Planète Rouge était active du point de vue sismologique. Toutefois, une autre découverte aurait pu voler la vedette à ce résultat, et elle n’appartient pas au domaine de la géophysique.

Crédits Pixabay

L’équipe d’InSight s’occupant du domaine climatologique a en effet confirmé l’observation d’étranges lueurs dans le ciel nocturne de la planète. Selon les informations, ces observations ont pu être faites grâce aux capacités d’imagerie nocturne de l’atterrisseur.

Ce qui provoque les lumières

D’après les scientifiques, le phénomène des lumières nocturnes, qui a été surnommé « airglow », serait causé par des réactions photochimiques au niveau de l’atmosphère. Selon Vice, cet événement mystérieux a été prédit depuis longtemps comme ayant lieu sur la planète Mars, mais c’est la première fois que l’on a une confirmation.

C’est la présence d’instruments météorologiques avec une grande sensibilité sur l’atterrisseur qui aurait rendu cette découverte possible.

Qu’en est-il des tourbillons de poussière?

Les tourbillons de poussière ou « Dust Devils » représentent un autre phénomène martien qui intéresse les scientifiques. Il y a toutefois un certain mystère qui pèse sur ces vortex. D’après les chercheurs de la NASA, ils ont pu recueillir de nombreuses preuves indiquant leur existence près du site d’atterrissage d’InSight. Pourtant, aucune des observations faites par ce dernier ne révèle leur présence.

Selon Don Banfield du Cornell University, qui dirige l’équipe d’InSight s’occupant de la météorologie, ils ont certainement pu capturer des images de ce phénomène. Cependant, on ne peut voir de tourbillons sur aucune des images prises. Apparemment, ceux-ci ne semblent pas être opaques ou ne sont pas assez opaques pour être vus.

Pour pouvoir observer la planète Mars à partir de sa surface, les scientifiques ont toujours utilisé des atterrisseurs et des rovers. On peut ainsi dire qu’on en sait encore très peu sur cette planète voisine de la nôtre. Le meilleur moyen d’accélérer les recherches serait évidemment d’y envoyer directement des astronautes.

Mots-clés mars