La NASA aurait été hackée par le groupe AnonSec

AnonSec fait beaucoup parler de lui depuis le début de la semaine et cela n’a rien de surprenant car le groupe de hackers serait parvenu à s’infiltrer sur le réseau de la NASA et à mettre ainsi la main sur 250 Go de données. Pas mal, mais l’agence spatiale américaine n’est pas du même avis et elle prétend ainsi que son infrastructure est restée inviolée.

Tout a commencé au début de la semaine lorsque le groupe a publié sur Pastebin un long fichier contenant diverses informations relatives aux missions de la NASA.

Piratage NASA

AnonSec serait parvenu à pirater la NASA, mais cette dernière n’est pas du même avis.

Aux missions de l’agence, mais également à ses employés. Il a ensuite prétendu avoir récupéré un peu plus de 250 Go de données en provenance de plusieurs de ses serveurs.

AnonSec aurait acheté un accès à un groupe de hackers chinois

Comment a-t-il fait ? Si l’on en croit Forbes, alors AnonSec aurait acheté un accès au réseau de la NASA en 2013 à un groupe de hackers chinois. La transaction se serait faite en Bitcoin.

Certains membres de l’équipe auraient ensuite identifié plusieurs vulnérabilités au sein de l’infrastructure de l’agence et ils se seraient arrangés pour récupérer des accès supplémentaires et pour mettre la main sur ces fameuses données.

Dans le lot, ils auraient notamment trouvé plusieurs plans de vol utilisés par les drones Global Hawk. C’est là que l’histoire prend une toute nouvelle tournure car ils se seraient aussi amusés à modifier un de ces plans de vol pour influencer la trajectoire d’un drone.

L’appareil en question aurait même failli se crasher en pleine mer, si vous voulez tout savoir. Et attention, car les drones de la NASA coûte un poil plus cher que les modèles proposés par DJI ou Parrot.

Ce n’est même rien de le dire car le prix de ce modèle dépasserait les 220 millions de dollars.

Alors forcément, cette affaire a fait beaucoup de bruit et elle a été reprise par la plupart des médias spécialisés.

Sans surprise, la NASA a rapidement publié un démenti dans la foulée. Selon elle, son infrastructure n’aurait pas été la cible d’une quelconque attaque et toutes les données publiées par AnonSec étaient déjà disponibles sur la toile.

Elle dément aussi avoir perdu le contrôle d’un de ses drones.

Qui dit la vérité ? C’est malheureusement impossible de le savoir pour le moment mais rien ne vous empêche d’aller faire un tour sur la page Facebook des AnonSec en attendant que nous en sachions plus.