La NASA – encore – accusée de cacher l’existence d’une forme de vie extraterrestre sur Mars

La NASA est souvent prise pour cible par les partisans des théories du complot, mais l’agence est aussi parfois prise pour cible par des chercheurs. Le Dr Barry DiGregorio l’a ainsi accusé de cacher sciemment des informations capitales sur Mars en début d’année.

Il vient de revenir à la charge en promettant de publier un rapport accablant en octobre, un rapport prouvant l’existence d’une forme de vie extraterrestre sur la planète.

Mars Fossile

L’affaire remonte au début de l’année. Curiosity a eu l’occasion de prendre en photo d’étranges formations minérales durant son périple.

Mars abriterait-elle la vie ?

Les clichés du rover laissaient en effet apparaître comme des structures tubulaires situées à proximité d’autres roches.

Suite à la publication de ces photos, le Dr Barry DiGregorio avait pris la parole pour pointer du doigt la ressemblance entre ces structures insolites et les fossiles de l’Ordovicien retrouvé sur notre propre planète.

Ce chercheur est membre du Centre d’astrobiologie de Buckingham et il a signé plusieurs ouvrages consacrés à la planète Mars. Il pense en effet que la planète rouge n’est pas forcément stérile et il suppose même qu’elle a pu accueillir, à un moment ou un autre, des formes de vie primitives.

Dans ce contexte, le chercheur a supposé que ces fameuses structures tubulaires pouvaient potentiellement appartenir à d’anciens fossiles similaires à ceux retrouvés sur la Terre.

Space.com avait à l’époque contacté un membre du JPL pour avoir son ressenti sur le sujet. Ce dernier avait alors indiqué à nos confrères qu’il était trop tôt pour tirer des conclusions quant à la nature exacte de ces structures et il avait notamment indiqué que ces dernières pouvaient parfaitement être de nature minérale. Une thèse défendue également par Pascal Lee, un chercheur travaillant pour le SETI.

Un article attendu pour octobre

Le Dr DiGregorio avait alors laissé entendre quelques semaines plus tard à l’occasion d’une entrevue menée par un tabloïd britannique qu’il était en train de travailler sur un nouvel article consacré à ces traces.

Il semblerait que l’initiative ait porté ses fruits. En effet, d’après un nouveau rapport, l’article en question serait en train d’être finalisé et il devrait ainsi être publié en octobre prochain. Le chercheur n’a pas donné plus de détails, mais le document contiendra visiblement des éléments allant dans le sens de sa théorie.

Les dernières découvertes réalisées par la communauté scientifique semblent en tout cas lui donner raison. Des chercheurs italiens ont en effet trouvé des traces de ce qui pourrait (le conditionnel n’est pas là par hasard) être un gigantesque lac souterrain situé sous la surface de la planète.

Plus tôt dans l’année, c’est la NASA qui a annoncé coup sur coup avoir détecté des traces de matières organiques sur Mars, ainsi qu’un cycle du méthane dans son atmosphère.

Mots-clés marsNASA