La NASA est en train de tester le télescope James-Webb

Le télescope spatial James Webb, le successeur très attendu de Hubble, est actuellement en phase de test en attentant son lancement l’année prochaine.

Il a récemment passé avec brio les tests du vide cryogénique, l’un des derniers jalons importants avant son lancement définitif.

Espace

Un grand pas de franchi pour le télescope James Webb

Le télescope spatial James Webb, ou James Webb Space Telescope (JWST), a passé avec succès en 2017 les tests du vide cryogénique (froid extrême) qui ont duré plus de 100 jours. Ce qui a permis de consolider ses capacités et son potentiel en tant qu’observatoire complet. Lors d’une conférence de presse de la NASA le 10 janvier, des responsables du Johnson Space Center à Houston sont revenus sur les efforts consentis et l’ampleur de ces tests réussis.

Ces tests ont permis de s’assurer que tous les miroirs et tous les instruments étaient bien alignés, les 18 segments du miroir primaire fonctionnant tous comme un seul miroir monolithique. Les tests ont également permis à la NASA d’effectuer des opérations en orbite, de confirmer que le système de guidage intégré peut suivre une étoile à travers le système optique et s’assurer que le télescope est capable de maintenir un pointage correct de l’observatoire. Cette liste de tests réussis marque un grand pas franchi vers le lancement de JWST et la possibilité de voir les coins de l’univers jusqu’alors inconnus.

Un télescope qui permettra de percer certains mystères de l’univers

Après le succès de ces tests, le JWST sera transporté pour son intégration dans un observatoire complet et pour subir des tests environnementaux finaux avant de se rendre sur son site de lancement. Bien que sa date de lancement initiale ait été repoussée de 2018 à 2019, le télescope est actuellement sur la bonne voie pour respecter le nouveau calendrier.

Les capacités du JWST surpasseront de loin tous les précédents télescopes. Parce qu’il s’agit d’un télescope infrarouge, contrairement à un télescope à lumière visuelle comme Hubble, le télescope spatial James Webb a besoin d’un environnement froid tel que celui dans lequel il a été testé. Cela lui permettra d’observer la lumière de certains des premiers astres de l’univers. De plus, cela nous donnera une vision claire des exoplanètes dont nous pouvions seulement rêver jusqu’ici, et la possibilité d’observer de près les planètes semblables à la Terre qui pourraient abriter une vie extraterrestre.

Mots-clés astronomieNASA