La NASA s’inquiète de la profusion de constellations de satellites

À une époque où la course aux constellations de satellites est en pleine marche, la NASA s’inquiète particulièrement par rapport à un futur projet de satellites de communication. Dans une lettre officielle adressée à l’U.S. FCC ou Federal Communications Commission et datée du 30 octobre 2020, l’agence spatiale américaine évoque leur crainte concernant les risques de collisions qui pourraient être causés par la constellation en question.

Les satellites au centre de l’affaire sont ceux qui seront éventuellement lancés par la firme AST & Science basée au Texas. Il s’agit d’une constellation dénommée SpaceMobile composée de 243 éléments au maximum et qui orbitera à une altitude de 720 km. D’après les informations, les satellites seront équipés d’une antenne très large avec une surface d’environ 900 m², ce qui pourrait augmenter les probabilités de conjonctions ou de croisements très rapprochés avec d’autres appareils en orbite.

Crédits Pixabay

D’après les responsables d’AST & Science, SpaceMobile est un projet qui a comme but de délivrer un service de connexion à haut débit directement dans les téléphones cellulaires des usagers.

Le fond du problème

Ce qui inquiète le plus la NASA par rapport à SpaceMobile, c’est que la zone où la constellation est prévue orbiter correspond à celle utilisée par ce qu’ils appellent le « A-Train ». Ce dernier est un groupe de 10 satellites d’observation de la Terre opérés par la NASA, l’U.S. Geological Survey, et par plusieurs partenaires internationaux. La particularité du A-Train est que ses éléments suivent le même chemin en orbite.

Les satellites du A-Train se déplacent à une altitude moyenne de 705 km, mais ils peuvent parfois descendre jusqu’à 690 km ou encore monter jusqu’à 740 km. Selon la lettre de la NASA signée par Samantha Fonder, représentante de l’agence au sein du Commercial Space Transportation Interagency Group, la constellation de AST & Science sera ainsi essentiellement localisée dans la même zone que A-Train, du moins si les altitudes proposées par l’entreprise sont finalement utilisées.

En faisant des calculs, les scientifiques de la NASA ont conclu que pour naviguer en toute sécurité à travers les satellites de SpaceMobile, les responsables du A-Train devraient prévoir 1 500 mesures d’atténuation et manœuvres d’évitement, ainsi que 15 000 activités de planification par an. Cela équivaudrait à 4 manœuvres et 40 activités de planification par jour.

A lire aussi : StarLink, un bilan plutôt positif selon les premiers bêta testeurs

Ce qu’en dit AST & Science

Ainsi, ce que la NASA demande, c’est que AST & Science considère d’autres alternatives par rapport à l’orbite qui sera utilisée par la constellation, notamment une orbite en dessous de celle du A-Train. Les responsables de la compagnie de télécommunication ne sont toutefois pas de cet avis. Selon eux, SpaceMobile ne posera aucun risque de collision.

AST & Science a en effet effectué ses propres calculs et d’après les résultats, chaque satellite de la constellation a seulement 1 chance sur 5 000 d’entrer en collision avec un autre engin, même sans aucune mesure d’atténuation. Avec 243 éléments, la probabilité d’une collision aléatoire serait ainsi  d’1 sur 20.

Par rapport à la lettre de la NASA, Abel Avellan, le fondateur de AST & Science, a indiqué qu’ils savent ce qu’ils sont en train de faire. « Nous ne sommes pas une bande de cowboys voulant lancer des satellites. C’est un projet sérieux et qui est bien financé », a-t-il indiqué.

A lire aussi : StarLink coûte 99 $ par mois en bêta

En tout cas, attendons de voir la réponse de la FCC concernant ce projet pour savoir si la compagnie texane sera finalement autorisée à lancer sa constellation dans la zone orbitale qu’ils proposent.