La NASA pense à créer des structures et des bâtiments avec le régolithe lunaire

La conquête de la Lune fait toujours partie des plans de la NASA. L’agence spatiale américaine a mis en place le programme Artemis pour ramener les astronautes américains sur notre satellite naturel à l’horizon 2024. Avant de concrétiser ce projet, la NASA a encore du pain sur la planche.

Pour permettre l’installation durable de ces voyageurs spatiaux, l’agence spatiale doit créer des infrastructures lunaires. La création de ces structures et de ces bâtiments nécessite toutefois des moyens colossaux. La NASA explore actuellement toutes les possibilités pour faciliter leur construction.

Crédits Pixabay

L’idéal pour l’agence spatiale américaine serait d’utiliser des matériaux qui sont disponibles sur place. Par chance, il existe le régolithe lunaire.

Un matériau disponible en abondance

Pour rappel, la NASA est à l’origine d’un programme baptisé NIAC, pour NASA Institute for Advanced Concepts. Le NIAC recense les meilleures propositions des chercheurs qui pourraient s’avérer utiles pour la mise en œuvre de ses futures missions. Le chimiste Sarbajit Banerjee, de la société Texas A&M, a pris part à l’édition 2021 de ce programme et s’est démarqué grâce à un projet baptisé Regolith Adaptive Modification System (RAM).

Il consiste simplement à se servir de régolithe pour construire une base d’atterrissage stable pour les futures missions lunaires. D’après lui, ces constructions seront très utiles en attendant la mise en place d’infrastructures plus grande sur la Lune. L’utilisation du régolithe lunaire présente de nombreux avantages. En effet, ce matériau se trouve en abondance sur la Lune et est facile à extraire.

A lire aussi : Bientôt des poissons sur la Lune ?

Un projet ambitieux

Sarbajit Banerjee a indiqué que son projet permettrait « d’apprivoiser les matériaux de surface pour l’atterrissage et la mobilité » des futures missions lunaires. Le RAM n’est pas passé inaperçu auprès de la NASA. Pour preuve, ce projet fait partie des 16 à avoir été sélectionnés pour intégrer la Phase I du NIAC. Au total, la NASA a reçu 300 propositions.

Le projet RAM se base sur l’utilisation de microcapsules chimiquement modifiées pour réagir avec les composants du régolithe lunaire par le biais d’une série de réactions exothermiques. Cela aboutira à la création de dalles souterraines géopolymérisées. Sarbajit Banerjee et son équipe recevront un financement de neuf mois pour développer ce projet. Après cela, ils pourront prétendre à un deuxième financement allant jusqu’à 500 000 $ lors de la phase II.

La NASA leur donnera alors deux ans pour finaliser le RAM.

Mots-clés luneNASA