La NASA pourrait aller chercher une forme de vie extraterrestre sur Titan

La NASA travaille depuis plusieurs années sur un programme d’exploration spatiale du nom de New Frontiers. Les deux projets finalistes ont été nommés cette semaine et l’un d’entre eux consiste à envoyer une sonde nouvelle génération sur Titan en vue d’étudier la chimie du plus grand satellite naturel de Saturne.

La NASA a mis en place dans les années 90 un programme spécial destiné à regrouper toutes les missions d’exploration du système solaire : Discovery.

Titan Vie

Ce dernier avait principalement pour objectif de lancer des missions peu coûteuses tous les deux ans sans avoir nécessairement besoin d’obtenir l’accord du Congrès américain.

New Frontiers, un programme ambitieux

Les Etats-Unis ont donné leur accord tout en imposant à l’agence d’imposer un plafond maximal pour les missions développées dans le cadre de ce programme ambitieux, un plafond fixé à très exactement quatre cents millions de dollars américains.

Compte tenu de la limite imposée, la NASA a été obligée de se restreindre aux planètes les plus proches de notre position.

Plus tard, en 2002, l’agence a donc présenté un autre programme créé sur le même principe avec cette fois un plafond atteignant un milliard de dollars, un programme sobrement baptisé New Frontiers.

Très ambitieux, ce dernier a donné vie à trois missions pour le moment : New Horizon, Juno et OSIRIS-REx. Toutefois, la NASA a lancé en 2011 une consultation portant sur une quatrième mission.

Plusieurs propositions ont été faites et la NASA a retenu deux finalistes du nom de CAESAR et Dragonfly.

CAESAR a principalement pour but de ramener sur notre planète des échantillons en provenance de 67P/Tchourioumov-Guérassimenko et plus précisément de son noyau et de la queue de la comète. L’idée étant principalement de nous permettre de mieux comprendre la composition de ces corps et de mieux connaître la composition de notre système.

Titan abrite-t-elle la vie ?

Dragonfly porte sur Titan pour sa part et cette mission consiste ainsi à envoyer sur la lune de Saturne un drone de type aérogyre afin d’étudier la basse atmosphère et la surface du satellite.

Lors de la mission Cassini-Huygens, les astronomes ont en effet réalisé que ce satellite présentait une chimie complexe et diversifiée, une chimie reposant sur le carbone. Plusieurs chercheurs pensent ainsi que ce monde serait potentiellement capable d’accueillir des formes de vie basiques, mais personne n’a encore été en mesure de s’en assurer.

Cette nouvelle mission a précisément été élaborée en vue de collecter plus de données sur Titan, des données grâce auxquelles nous devrions être en mesure de faire toute la lumière sur l’écosystème de la lune.

Toutefois, pour le moment, la NASA n’a pas encore arrêté sa décision finale et elle ne le fera pas avant 2019. La mission retenue bénéficiera d’une enveloppe d’un milliard de dollars avec un lancement à l’horizon 2025.

Mots-clés espaceNASA