La NASA va collaborer avec des universités pour développer des technologies pour les voyages spatiaux

La NASA envisage de renvoyer des humains sur la lune en 2024 dans le cadre de son programme Artemis. Et cette fois-ci, l’agence spatiale américaine compte bien faire les choses pour une présence humaine durable sur la Lune et pour préparer le voyage vers Mars.

Pour ce faire, la NASA a décidé de travailler avec des équipes universitaires pour développer des technologies satellitaires destinées à la propulsion, à la navigation et à la gestion des transferts de chaleur dans de petits engins spatiaux.

espace

Crédits Pixabay

Des technologies universitaires pour appuyer les missions lunaires

La NASA veut ouvrir la voie aux futures missions en équipage, et elle souhaite mettre à contribution les universités pour atteindre son objectif. Leur mission sera d’aider à mettre au point de petits engins spatiaux qui serviront à “tracer la voie à suivre en explorant le terrain, en prospectant des ressources et en établissant des capacités de communication et de navigation”, a déclaré Christopher Baker, directeur du Small Spacecraft Technology Program de la NASA.

Le programme permettra de développer les technologies naissantes et de les mettre au service de l’exploration de la lune. Elles permettront plus particulièrement aux astronautes des futures missions en équipage sur la Lune d’accomplir plus que ce que les équipages d’Apollo ont pu faire avec les technologies disponibles dans les années 1960 et 1970.

À long terme, la NASA prévoit d’établir une “présence durable” sur la Lune et d’y tester des technologies pour une éventuelle mission sur Mars prévue pour les années 2030. L’agence n’a pas précisé les dates de lancement des satellites développés dans le cadre de ce programme, et tous n’iront pas nécessairement jusqu’au lancement.

Quelques-unes des missions du programme

Dans le cadre de son programme de collaboration avec les universités, le Jet Propulsion Laboratory de la NASA en Californie travaillera avec l’Université du Colorado, Boulder, pour mettre au point un protocole de communication similaire à celui utilisé par les téléphones portables sur Terre. Le JPL collaborera également avec l’Université de Californie, Los Angeles, pour créer un système de type GPS pour la Lune.

Le Glenn Research Center de la NASA à Cleveland travaillera pour sa part avec le San Diego State University pour élaborer un réseau de communication de données à haute performance. La NASA prévoit également de mettre au point un appareil conçu pour faciliter et simplifier les communications, et ce sera le fruit d’une collaboration entre le JPL et l’Arizona State University.

Mots-clés espaceNASA