La NASA va commencer à construire sa passerelle lunaire

La NASA veut ramener les astronautes américains sur la Lune. Si tout se passe comme prévu, l’agence spatiale américaine enverra « la première femme et le prochain homme » sur notre satellite naturel en octobre 2024. Cette nouvelle mission lunaire se fera dans le cadre du programme Artemis.

Cependant, les projets de la NASA ne se limitent pas uniquement à cette mission. L’agence spatiale compte notamment créer des infrastructures sur et autour de la Lune. À terme, cela lui permettra d’effectuer des « explorations lunaires durables. » C’est dans cette optique qu’elle a initié le Lunar Gateway. Ce projet se base sur la création d’une passerelle lunaire qui permettra aux astronautes d’effectuer des allers-retours sur la surface de la Lune.

Crédits Pixabay

Au départ, la NASA prévoyait de construire le Lunar Gateway avant d’envoyer les astronautes sur notre satellite. Toutefois, le calendrier établi par l’administration Trump l’a obligée à modifier ses plans. Aujourd’hui, le Lunar Gateway est de nouveau d’actualité. Le site Universe Today nous apprend que l’agence spatiale s’apprête à entamer sa construction.

La NASA fait appel à SpaceX

Il y a quelques jours, la NASA a annoncé qu’elle avait choisi SpaceX pour le lancement des deux premiers modules du Lunar Gateway. Leur lancement est prévu pour le mois de mai 2024. Il se fera depuis le complexe 39A du Kennedy Space Center.

L’agence spatiale compte sur la puissance du Falcon Heavy de SpaceX pour accomplir cette mission. Les modules en question sont le Power Propulsion Element (PPE) et l’Habitation and Logistics Outpost (HALO). Il s’agit de modules à propulsion et d’habitation. On sait que ce contrat de lancement s’élève à 331,8 millions de dollars.

A lire aussi : 6 raisons de tester la nouvelle messagerie d’Infomaniak

Les modules fondamentaux du Lunar Gateway

Le PPE et le HALO occuperont une grande place dans le Lunar Gateway. Le premier est un module à propulsion électrique solaire. Il est conçu pour produire 60 kilowatts. Le PPE devra fournir une communication à haut débit et un contrôle d’attitude à la passerelle.

Le deuxième module accueillera les astronautes qui visiteront le Lunar Gateway. Il fera aussi office de centre de contrôle, de commande et de recherche pour les scientifiques. Au fil du temps, la NASA va intégrer d’autres modules à cette station. On citera entre autres l’European System Providing Refueling, Infrastructure and Telecommunications (ESPRIT). Il offrira notamment des équipements de communication additionnels à la passerelle.

Le 7 janvier 2021, l’Agence spatiale européenne (ESA) a conclu un contrat de 362 millions de dollars avec le fabricant spatial Thales Alenia Space pour construire ESPRIT.

Mots-clés lune