La NASA veut modifier l’ADN des astronautes pour leur permettre de voler vers Mars

Les astronautes font sans doute partie des hommes et femmes les plus braves de la Terre. Mais le premier équipage à s’aventurer au-delà de la Lune et à se diriger vers Mars sera le pionnier d’un tout nouveau voyage. Ils seront également exposés à un risque potentiellement extrême d’une variété de maux liés à un tel voyage, y compris le risque accru de cancer en raison de la radiation de l’espace.

Mais une nouvelle initiative pourrait changer la donne. En effet, la NASA envisage la possibilité de modifier l’ADN des voyageurs vers Mars afin de rendre leur corps plus résistant aux dangers de ce périple.

Mars

Modifier l’ADN pour résister à la radiation de l’espace

Le Dr Douglas Terrier, technicien en chef à la NASA, a évoqué lors d’un récent événement à Londres la possibilité de peaufiner l’ADN des astronautes voyageant vers Mars. “Nous examinons diverses possibilités”, a déclaré Terrier au journal The Times. “Des thérapies avec les médicaments, et celles-ci semblent très prometteuses, à des choses plus extrêmes comme la modification épigénétique jusqu’à la manipulation. Je pense que ces dernières posent beaucoup de problèmes d’éthiques, donc elles sont encore à l’étape de pensée expérimentale”.

La manipulation et la modification de l’ADN est évidemment une étape extrêmement difficile à franchir, mais elle pourrait produire de réels avantages pour tous les Terriens qui espèrent atteindre Mars en bonne santé. En voyageant en dehors de la protection de la Terre, les particules chargées d’énergie qui bombardent les astronautes dans l’espace sont imperceptibles, mais présentent de réels dangers.

10 fois plus de radiation dans la Station spatiale internationale que sur Terre

Selon la NASA, les astronautes à bord de la Station spatiale internationale subissent jusqu’à dix fois la radiation que nous subissons ici sur Terre. À la surface de notre planète, le champ magnétique de la Terre nous protège de la masse des particules chargées qui volent vers nous, mais les astronautes n’ont manifestement pas cette protection. Pour un voyage si long vers Mars, l’équipage serait exposé à une quantité incroyable de radiation, et la NASA cherche encore à trouver les moyens d’y faire face.

D’autres solutions envisagées par la NASA

La modification de l’ADN n’est cependant pas la seule solution possible. D’autres mesures de protection, comme des combinaisons spéciales ou des modifications de l’engin spatial lui-même, ont également été suggérées. Les plans actuels de la NASA se basent sur un voyage orbital vers Mars aux environs de 2030, donc il y a encore du temps pour essayer de résoudre le problème.

Mots-clés espacemarsNASA